Assurance chômage : faute d’accord, le gouvernement reprend la main

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

L’issue était inévitable: les partenaires sociaux ont acté hier l’échec de la négociation sur l’assurance chômage, renvoyant le dossier au gouvernement qui a décidé de proroger l’actuelle convention et d’appliquer “sans attendre” l’accord sur les intermittents.

« Afin d’assurer sans délai la continuité de l’indemnisation chômage le gouvernement prorogera dès demain la convention d’assurance chômage actuellement en vigueur au de-là du 30 juin, sa date de péremption, afin que les demandeurs d’emploi continuent à percevoir leurs allocations sans subir le moindre désagrément » a immédiatement annoncé la ministre du Travail, Myriam El  Khomri.

El Khomri

Myriam El Khomri

En ce qui concerne les intermittents du spectacle « je transposerai sans attendre l’accord unanime conclu par les professionnels du secteur en avril Le décret sera publié au journal officiel d’ici la mi-juillet » a ajouté la ministre lors d’une conférence de presse  avant de pointer « l’attitude du patronat qui a conduit au blocage alors que des mesures ambitieuses étaient sur la table pour rééquilibrer les comptes du régime notamment pour éviter le recours abusif aux contrats très courts ».

Dans un communiqué commun la CFTC et la CFDT ont déclaré que “le patronat a fait le choix de l’échec de la négociation du régime d’assurance chômage”, essentiellement pour des raisons de conflit interne au Medef. Point de vue partagé par le négociateur de la CGT : « c’est le Medef qui porte la responsabilité de l’échec » a-t-il dit alors que le négociateur de FO  parlait, lui « d’un coup dur pour le dialogue social »

Le blocage du patronat

Pierre Gattaz

Pierre Gattaz

Le conseil exécutif du Medef a conservé la  même position depuis le début de la négociation fin février à sa savoir ne pas donner mandat à son négociateur pour moduler les cotisations et renchérir les contrats courts comme le réclament unanimement les syndicats. Pierre Gattaz, président du Medef s’est toujours dit « prêt à assumer un échec » et les débats parasités par la loi Travail n’ont jamais commencé. En prorogeant la convention actuelle, le gouvernement tire un trait, au moins temporairement, sur la promesse faite à Bruxelles de réaliser dans ce domaine 1,6 milliards d’euros d’économie d’ici à la fin de 2017 et, dans le contexte de chômage de masse actuel, notre régime d’assurance chômage devrait afficher à la fin 2016 une dette record de 30 milliards d’euros

F.C.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail