Orléans : La Java Pop interdite de Fête de la Musique ?

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Paco, l’emblématique patron de la Java Pop, ne décolère pas: le bar bien connu des amateurs de musique orléanais de la rue de Charpenterie, se serait vu signifier par la ville d’Orléans une interdiction de ses activités musicales.

la Java Pop

la Java Pop

Paco raconte: “Tout est parti d’un incident un soir de concert où une fenêtre de l’établissement, restée ouverte, laissait sortir le son sur la rue. Après le passage de la Police Municipale, il était pas minuit, la fenêtre a été fermée, et tout est rentré dans l’ordre. Et maintenant le bar est sanctionné pour des problèmes de voisinage, je ne peux tout de même pas ouvrir un bar en zone industrielle, et pourtant la Java Pop, c’est pas du hard rock !”

Et coté mairie, silence radio, “le responsable de la prévention est absent pour plusieurs jours”et la mairie d’Orléans affirme n’avoir pris aucune décision interdisant à la Java Pop  de programmer des soirées musicales.

Au delà donc d’un conflit qui semble ne prendre en compte que la tranquillité sur ce secteur, c’est tout le problème de l’animation de la rue de Bourgogne dont la vile d’Orléans a tendance à rendre les bars un peu vite responsables des débordements qui ont lieu le plus souvent sur la voie publique, qui se pose une nouvelle fois. Résultat les bars où il fait bon écouter de la musique disparaissent un à un, dans une ville qui souhaite malgré tout attirer les touristes.

Emji à La Java Pop

Emji à La Java Pop

Au delà d’une indispensable réglementation de bon voisinage, il serait opportun que la ville d’Orléans inscrive ces lieux musicaux dans une politique culturelle et touristique qui les soutienne plutôt que de les réprimer. Il suffit de connaitre les nombreux musiciens orléanais qui fréquentent ces lieux, musiciens que l’on retrouvera bientôt à Jazz à l’Evéché, ou se souvenir que la chanteuse Emji, Nouvelle Star 2015, a chanté pour la première fois à Orléans à la Java Pop, pour mesurer l’importance de ces lieux de convivialité musicale et pourquoi ils doivent être défendus.

A moins que l’on préfère les beuveries musicales des bords de Loire qui fleurissent dès les beaux jours et dont se plaint régulièrement le patron du Girouet …

GP

Le bar la Java Pop 45 rue de la Charpenterie 45000 Orléans
http://www.javapop.fr/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Orléans, ville de l’emmerdement (maximum) !

    Tu passes en ville passé 19h, t’as l’impression d’être dans une ville de western avant l’affrontement final…

  2. En même temps c’est pas plus mal, ça évitera les clients d’entendre les éternels mêmes amis de “paco le mégalo” jouer les éternelles mêmes chansons…

  3. Correction
    ttvkr n’a sans doute jamais entendu parler de grammaire (évitera les clients ) ni des soirs où l’on arrête les juifs et les coiffeurs.
    Mais pourquoi les coiffeurs ?

  4. La Loi est la Loi. Il y a des Lois sur le bruit. Et si vous ne voulez pas que les habitants désertent le centre ville il faut leur permettre de vivre sans avoir la tête sur la sono. C’est sympa la fiesta mais tous les jours…lundi fête à bibi, mardi anniv à Kiki… Il y a des gens qui bossent et quand on bosse on est fatigué. Les bars à musique en zone industrielle ce sont le Zénith ou les boîtes de nuit. Il y a des endroits adaptés. Si on a pas le fonds de commerce pour concurrencer des Olympia ou des Zenith on évite. On peut s’amuser mais s’amuser c’est pas emmerder le monde en permanence. C’est comme entre voisins dans un immeuble. Une fête de temps en temps ça va…le bordel tous les week ends non… Et on peut s’amuser tranquillement sans tomber dans l’abus. Même avec un peu de musique. Pourquoi mettre à fond ? Pour attirer les clients… ‘ Tiens il y a de l’ambiance ‘… En tout cas le lobbying des bars de Bourgogne continue dans les médias… Il faut arrêter de dire des bêtises les touristes ne viennent pas à Orléans pour visiter le Java Pop et autre. Ils ont bien mieux chez eux. Chambord, la Cathédrale ou les façades restaurées façon vieux (oubliez l’authentique) par les riverains à coups de dizaines de milliers d’euros (merci quand même?) peut être…

  5. JM, vous préférez donc une ville musée, dénuée de vie nocturne, et absolument morte ? Comment peut on vouloir dynamiser Orléans, capitale régionale, en attirant de jeunes cadres et étudiants, moteur du développement futur de la ville avec des riverains aussi étroits d’esprit… Pourquoi ne pas plutôt faire comme certaines villes et délimiter certains secteur du centre ville (Bourgogne) dotés de réglementations spécifiques au bruit, et notamment troubles du voisinage ?
    Ne nous mentons pas, certaines personnes, peuvent être de réels emmerdeurs (pour avoir pu assister à certaines scènes), et sortir au moindre bruit, quand bien même les mesures d’exposition au bruit, mesurées au sonomètre par les personnes habilitées à le faire, sont inférieures à l’indice limite.
    Que proposez vous ? Renvoyer et parquer les étudiants, jeunes cadres et autre qui souhaitent un peu profiter de leurs soirées à la Source ? (lieu mort, qui au passage rebute vraiment les 3/4 des gens qui doivent s’y rendre, notamment pour étudier)
    Franchement comment espérer faire vivre cette ville avec de telles mentalités…

    • Question de dosage. On peut avoir du respect sans tomber dans la soi disant mort du centre ville. D’ailleurs les premiers clients et les plus fidèles doivent être les riverains eux mêmes… Ils aiment sortir aussi… Là ça donne plus envie et il faut voir le délire. Le bruit est la conséquence sonore de désordres plus nombreux. Agressions, etc. Franchement je pense que les commerces (restaurants notamment) en pâtissent. Il n’y a plus que des étudiants et une certaine faune qui aiment venir le soir (voire en journée). Pas les plus dépensiers… Même les riverains préfèrent aller en zone commerciale comme les banlieusards. Moins bruyant moins sale moins mal fréquenté si ce n’est moins cher et surtout plus pratique en voiture.

  6. Ce n’est pas une question d’animation, c’est une question de tranquillité publique. On ne peut pas obliger les habitants à déménager. Ils ont déjà bien assez de contraintes comme cela : bornes d’accès aux rues piétonnes, garages inutilisables, ravalement de façade très coûteux.
    Pour ce qui est du bruit, à ma connaissance 70 décibels au droit des façades, ce n’est pas jusqu’à une heure avancée de la nuit qu’il faut le tolérer. Il y a le bruit généré dans l’établissement, qui peut se transmettre via les murs et les caves, en se résumant à des fréquences basses et difficilement supportables et il y a le bruit des clients dans la rue, qui lui est insupportable, pour ceux qui essayent de dormir.
    Je n’ai que du bonheur, lorsque je peux sonoriser ou écouter mes amis musiciens, mais il y a des lieux pour cela.
    J’ai connu des mini-concerts dans plusieurs villes, il est certain qu’après 22 heures, on a presque toujours droit à une plainte à la police municipale ou nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail