L’agriculture s’invite au Conseil régional

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Lors de la session plénière des 23 et 24 juin, l’agriculture a occupé une partie des débats, notamment la viticulture sinistrée par l’épisode de gel d’avril. Des appels à projets sur l’innovation agricole ont également été votés. Mais on a aussi beaucoup parlé de formation professionnelle. 

Conseil régional du Centre-Val de Loire à Orléans

L’épisode de gel qui a affecté de très nombreuses exploitations viticoles en région Centre-Val de Loire en avril dernier (les 18, 25 et surtout 27, températures inférieures à -2° et jusqu’à -6°), entraine des pertes allant de 50 à 85 % selon les appellations. La Région propose un plan structurel pour accompagner la filière viticole régionale afin d’amplifier et accélérer la protection contre le gel. Concrètement, les besoins d’investissements seront d’abord identifiés à partir d’une étude régionale financée dans le cadre d’un contrat régional de solidarité territoriale. Mais c’est surtout le doublement de tours antigel accompagnées par la Région qui ont suscité le plus de débats, techniques essentiellement : pollution visuelle, sonore, nécessité (ou pas) de les coupler avec un système de brûleurs pour brasser de l’air chaud à partir d’une certaine température négative, etc. Le prix d’une tour antigel est d’environ 40.000 €, les projets seront portés par les coopératives d’utilisation de matériel agricole (Cuma) et pourront mobiliser les fonds territoriaux et européens.
L’innovation agricole a également fait l’objet de discussions et d’un vote (par la majorité et l’UDC, seul le FN s’est abstenu), pour l’appel à projets Partenariat européen pour l’innovation en agriculture (PEI). Cinq axes stratégiques sont proposés : en matière de développement durable (diminution des gaz à effets de serre, de gestion durable de l’eau, innovations variétales génétiques et techniques). En matière d’organisation pour permettre aux entreprises de s’adapter à un marché spécifique. En gestion et exploitation des données. En matière d’amélioration de la rentabilité des entreprises (mécanisation et robotisation). Enfin, la mise en place de systèmes et de pratiques innovants pour réduire les impacts environnementaux et favoriser la transition énergétique.

Le paquet sur la formation professionnelle

Formation professionnelle La Région Centre-Val de Loire est la deuxième région de France à expérimenter le vaste plan « un million de formation pour les personnes en recherche d’emploi ». Concrètement cela représente 4.000 formations directement financées par la région, pour un coût de 12 M€. Au total, en 2015, 12.000 personnes sont entrées en formation pour un coût de 35,27 M€. « Des formations principalement qualifiantes, plus longues et plus coûteuses que les formations d’adaptation à l’emploi de Pôle Emploi », estime Isabelle Gaudron, conseillère régionale déléguée à l’emploi et la formation. Ce plan pour la formation rencontre d’ailleurs un écho plutôt favorable parmi les conseillers régionaux, un bémol est émis cependant sur la capacité pour Pôle Emploi à pouvoir « absorber » les 12.000 formations qu’ils devront « rabattre ». « La formation professionnelle n’est pas le seul moyen de lutte contre le chômage », a déclaré Constance de Pélichy (UDC, maire de la Ferté-Saint-Aubin), « quelles autres pistes sont envisagées ? ».

Devant la presse, en milieu de session, François Bonneau précise que « ce seront des commandes courtes pour Pôle Emploi. Toutes les formations qualifiantes et longues seront gérées par la Région », rappelant que le dispositif n’a que deux mois (signé le 1er avril en présence de Manuel Valls). « C’est aussi la mobilisation de tout un réseau, des organismes de formations se parlent entre eux alors qu’avant ça n’était pas le cas. Il faut que nous sortions du chacun pour soi ! », souffle le président de Région. « Les organismes devront s’adapter. La priorité c’est l’industrie. Je ne peux pas me contenter d’entendre lors des cordées du territoire que des chefs d’entreprises ont des commandes mais ils ne savent pas si ils pourront les honorer faute de main d’œuvre qualifiée !».

Maquillage des chiffres du chômage ?

Formation apprentissageComment seront évalués ces dispositifs ? La Région achètera désormais les actions de formations professionnelles dans le cadre de marchés « accords-cadres » à bons de commandes. « Si ça n’a pas marché, on ne reconduira pas les organismes », a expliqué François Bonneau. « On travaillera aussi avec les Chambres consulaires pour adapter au mieux les formations aux besoins ».
Tous les organismes de formations devront être opérationnels en décembre pour un démarrage au plus tard au 1er janvier 2017. Le groupe Front National s’est insurgé contre ce qu’ils qualifient de « maquillage des chiffres du chômage, pour favoriser la candidature de François Hollande à sa propre succession ». Ça promet encore du sport dans l’hémicycle Jean-Zay de l’Hôtel de Région.  

Frédéric Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. EN MATIERE AGRICOLE C EST LA TRANSITION VERS LE BIO ET LES ELEVAGES EXTENSIFS RESPECTUEUX DES ANIMAUX QU IL FAUT ENCOURAGER.TOUT LE RESTE C EST DU BLA BLA.A CAUSE DE L EUROPE ET DU PRODUCTIVISME LES RACES RUSTIQUES DE VACHE ONT PRESQUE DISPARUES C EST CONTRE CELA QU IL FAUT LUTTER.ON NE VEUT PLUS DE CETTE SOCIETE AXEE SUR LE FRIC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail