Jazz à l’Evéché, les intermittents jusqu’à la victoire !

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Souvenez-vous, il y a deux ans l’annulation du concert d’Ibrahim Maalouf à Orléans, par le blocage du Campo Santo, avait suscité une vive polémique autour d’une action qui fut qualifiée par certains de “prise en otage du public!” (voir Magcentre).

intermittent orléans jazz

Et les intermittents, techniciens et artistes, sans qui rien ne se ferait pour ce festival comme bien d’autres, ont discrètement pris la parole en ce début de Jazz à l’Evéché, pour partager une nouvelle d’importance avec le public, la victoire quasi acquise après treize années de lutte marquées par de multiples actions pour faire entendre leurs revendications, avec la signature d’un accord sur la base des propositions des syndicats.

GP

Voici le communiqué des intermittents

“Le 28 avril dernier, les représentants des salariés et employeurs du spectacle ont signé un accord “de branche” concernant les annexes 8 et 10 de l’assurance chômage (jusqu’ici, ces annexes étaient toujours négociées au sein des négociations “globales” de l’Unedic, ce qui leur garantissait de ne jamais pouvoir aboutir favorablement, puisque qu’aucun syndicat représentatif de ces professions, CGT mise à part, ne siégeait à ces réunions). Cet accord reprend quasiment point pour point les revendications soutenues par les salariés du spectacle depuis 2003.

L’accord du 28 avril 2016 a été d’emblée refusé par le Medef, au prétexte qu’il ne respectait pas la “Lettre de Cadrage” de l’Unedic… à savoir l’impératif pour les intermittents du spectacle (environ 4% des indemnisés à l’assurance chômage) de réaliser plus de 20% des économies réclamées (par la Comission Européenne au gouvernement français) sur l’ensemble de l’assurance chômage.

Depuis 2003, les coordinations d’intermittents (notamment la CIP-IDF) et les syndicats (CGT et Sud) n’ont eu de cesse de démontrer que leurs propositions étaient plus justes et permettaient une meilleure protection des chômeurs, tout en réalisant des économies conséquentes.  Les derniers chiffrages les estimaient à environ 80 millions d’euros  économies annuelles (pas assez dons, pour le Medef, qui en exigeait 185).

Devant l’obstination du Medef et son refus total de la négociation, les partenaires sociaux ont donc acté l’échec de la négociation pour la convention d’assurance chômage, ce qui ne s’est pas vu depuis 1983 !!!!! Dans ce cas , c’est à l’État de reprendre la main, et de décréter ce que seront les règles de l’assurance chômage d’ici à une nouvelle négociation, notamment pour éviter une interruption dans le versement des allocations chômage. C’est ce que vient de faire le gouvernement en prorogeant la convention de 2003 et en annonçant qu’il mettrait aussi en œuvre les accord spécifiques aux intermittents du spectacle (accord du 28 avril) par décret aux alentours du 15 juillet.

Au bout de 13 ans (voire plus) de luttes, de grèves, de blocages… c’est évidemment une victoire, c’est même historique!! Et nous devons même la fêter et communiquer sur cette victoire pour qu’il soit plus difficile de nous la reprendre.

Néanmoins, tous les acteurs de cette luttes restent mobilisé et vigilants :

– sur les termes du décret que le gouvernement va promulguer en juillet (respectera-t-il tout les termes de l’accord?)

– sur le sort des autres chômeurs (autant le mouvement de 2003 avait été fortement marqué par une défense de la “Culture”… autant les 13 années de luttes nous ont appris que ce sont bien les droit sociaux qui sont au cœur de ce combat et dans le collimateur du Medef. Si les intermittents ont gagné, la victoire est amère, car les autres chômeurs ne voient pas, eux, leur situation s’améliorer.

– sur la loi “Travaille!”, qui concentre à elle seule toute les craintes de régression sociale que le mouvement des intermittents du spectacles a exprimé depuis 13 ans.

– Et évidemment… sur les prochaines négociations de l’Assurance Chômage (qui ne manqueront pas de réveiller la vieille haine du patronat contre les chômeurs, qui doivent assumer eux-mêmes les coûts du chômage!), et sur les élections à venir, qui ne promettent une fois de plus rien de bon, voire rien du tout.”

https://cuip45.wordpress.com/

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le gouvernement soutien le régime des intermittents. Pour rappel, les annexes VIII et X sont désormais inscrites dans la loi.
    Félicitons nous de ces avancées qui doivent permettre de pérenniser les emplois artistiques en France.

    • … à condition que les producteurs n’en abusent pas pour se remplir les poches au détriment des autres cotisants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail