Orléans: la culture réveille l’opposition

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
Pour l’opposition au conseil municipal d’Orléans, apathique depuis l’accession d’Olivier Carré au remplacement de Serge Grouard, les fermetures concomitante ou presque de la librairie Passion culture et du complexe cinématographique de la place d’Arc, lui donnent l’occasion de se réveiller.
Le terrain culturel est l’occasion pour Corinne Leveleux-Teixeira (PS) de fustiger la politique de la mairie en matière culturelle.
 
logo-passion-culture“Troublante coïncidence des dates, à l’heure où la cité johannique se rêve en métropole et où son maire lui assigne comme objectif de figurer parmi les « 15 principales villes de France » !” estime la patronne de l’opposition.”...”Il ne suffit pas, en effet, d’afficher une ambition pour qu’elle se réalise. Or, en matière culturelle, le compte n’y est vraiment pas. De festivals réduits en événements annulés, de médiathèque vendue en subventions amputées, la politique de la ville d’Orléans en la matière joue principalement sur le registre de l’économie budgétaire ou du calcul commercial. D’ailleurs, n’est-ce pas l’adjoint au commerce qui s’est exprimé sur la fermeture de Passion Culture ? N’est-ce pas la seule loi du marché et les contrats « de gré à gré » qu’il a invoqués pour justifier la passivité de la mairie sur ce dossier ?
 
“Pourtant, le débat sur « l’exception culturelle » l’a bien montré, il est incontestable que les biens culturels sont d’une nature particulière et qu’ils ne peuvent être laissés au libre jeu de l’offre et de la demande.”
Du grain culturel à moudre au prochain conseil  municipal de la ville lundi.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je crois surtout que l’opposition ne peut être audible que quand des problèmes se concrétisent. Tant qu’ils sont potentiels, ça n’intéresse personne, les critiques n’ont aucune portée, parce qu’à Orléans, des pavés en centre-ville suffisent à beaucoup de monde. Le reste, c’est embêtant…
    Pour le dire autrement, les débats sur le cap du bateau n’intéressent pas, les prises de conscience ne viennent que quand il prend l’eau. Trop tard donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail