Pendant les travaux l’art (contemporain) continue

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

En attendant qu’un jour, l’art contemporain s’invite dans les anciens entrepôts Dessaux, une belle idée reprise par la mairie d’Orléans, le musée des Beaux arts  l’héberge durant l’été. Le poids du classique, le choc du contemporain. C’est une idée d’Olivia Voisin, la conservatrice des musées d’Orléans qui a donné carte blanche à François Michaud, conservateur en chef du patrimoine au musée d’Art Moderne de Paris.

 

François Michaud, et les oeuvres contemporaines de "Cinéma permanent" au musée d'Orléans.

François Michaud, et les oeuvres contemporaines de “Cinéma permanent” au musée d’Orléans.

Plutôt que de fermer les salles durant les travaux qui dureront plusieurs mois, avec redistribution et rénovation des étages, il s’agit d’inviter le public à revisiter son musée en compagnie « d’artistes qui incarnent le mieux la vidéo contemporaine » comme l’a expliqué la conservatrice. « Redécouvrir nos œuvres tout en mettant l’accent sur l’art contemporain » a résumé Nathalie Kerrien, adjointe à la culture de la ville, mercredi lors de l’inauguration.

Continuité 

Comment faire dialoguer la vidéo avec les œuvres très classiques du musée, c’est l’ambition de « cinéma permanent », le titre de cette expérience unique qui rassemble au fil des salles les oeuvres d’Emmanuelle Antille, de Léandre Bernard-Brunel, d’Anne Deleporte, d’Hakim El Djoudi, de Clarisse Hann, d’Isabelle Lévénez et de Gaël Peltier.

IMG_7970Eux qui ont le nez collé sur des écrans toute la journée, les jeunes ne seront pas surpris par ces télés ou ces toiles installées ou encore ces images sur le parquet, entre les chefs d’œuvres classiques.  « Il fallait aux artistes trouver une continuité entre l’œuvre plastique et l’œuvre en mouvement » explique François Michaud.  L’homme est un habitué du Loiret et de ce parcours classique-moderne, puisqu’il a commencé en 1998 comme conservateur du musée de Gien, consacré à la chasse. Le résultat des courtes vidéo ont de quoi surprendre les amateurs de classique. Ainsi cet « après Watteau/d’après Watteau” une œuvre du pôle des arts plastiques et visuels de l’île Seguin, tournée à Kyoto au Japon avec ces personnages qui entrent et sortent de la scène. Ainsi ces doigts de feu, les « gestes suspendus » qu’Isabelle Lévénez a réalisés en Guadeloupe à la suite de la découverte d’un ancien cimetière d’esclaves.

Le commando de la moto

Ainsi encore ce film d’un motard qui nous fait face, de Gaël Peltier et dont l’artiste a expliqué que le pilote et le passager ne font qu’un seul corps et qu’il s’agit en fait « d’un commando qui assassine les gens » sur une route corse ». Les artistes ont « décrypté » ensuite leurs oeuvres au cours d’une table ronde.

    • “Cinéma permanent” montre aussi des extraits de films long métrage qui seront projetés au musée.
    • Avanti, l’échappée belle de Léa et Suzanne, un film d’Emmanuel Antille, les 29 juillet et 26 août à 18h.
    • – Les protestants, documentaire de Clarisse Hann, a été projeté mercredi
    • – Kurdish Lover , documentaire de Clarisse Hahn montre le Kurdistan figé dans la guerre et la misère. A l’auditorium du musée des Beaux arts, vendredi 12 août à 18h.

     

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail