Un guichet unique pour le tourisme en Loir-et-Cher

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le Pôle tourisme Val de Loire a été inauguré lundi 4 juillet en Loir-et-Cher à Blois par Nicolas Perruchot, 1er vice-président du Conseil départemental, et Christelle de Crémiers, vice-présidente du Conseil régional déléguée au tourisme, aux terroirs et à l’alimentation. Un pôle qui aura mis du temps à naître, fruit de la coordination de l’Agence départementale du tourisme et de son président, Claude Beaufils.

(de d. à g.) Nicolas Perruchot, Claude Beaufils, Yvan Saumet et Christelle de Crémiers.

(de d. à g.) Nicolas Perruchot, Claude Beaufils, Yvan Saumet et Christelle de Crémiers.

Mutualiser pour mieux s’adapter au marché du tourisme. Voilà la ligne de mire de ce Pôle tourisme Val de Loire, immeuble qui regroupe en un même lieu l’ADT (Agence départementale du tourisme), les services dédiés du Conseil départemental, la CCI, les Gîtes de France, et la Région Centre-Val de Loire. Renforcer les liens existant, faciliter les échanges et la coordination des initiatives prises par les différents acteurs touristiques et surtout offrir aux prestataires touristiques un seul et même lieu pour l’ensemble des informations et conseils dont ils ont besoin. Car jusqu’ici, le tourisme, c’était un peu chacun pour sa pomme : associations, syndicats d’initiatives, partenaires privés ou publics, etc., au risque de l’absence de visibilité claire.

« C’était un long parcours, de trois ans. Ça paraît aisé à réaliser et pourtant il nous aura fallu ce temps-là », indique Claude Beaufils président de l’ADT. « Avant, les gens étaient sur des sites séparés et la coordination était difficile. Ça répond aux prestataires privés et aux grandes entités patrimoniales. Ça permet d’attirer des porteurs de projets, qui sont d’abord des petites entreprises mais parfois elles deviennent plus importantes. Nous on ne créé pas l’activité touristique, on facilite la mise en relation entre les prestataires ». 14 collaborateurs pour un budget de 1,311 M€ (91 % financement CD41).

Une place de marché

Parmi les réalisations pratiques, la fameuse « place de marché », initiative du Conseil départemental de Loir-et-Cher, outil d’organisation, de relations clients, de planning et de commercialisation en ligne, à l’usage des sites Internet des différents prestataires. 90 l’ont rejoint aujourd’hui, un chiffre qui devrait augmenter rapidement. « Le Comité régional du tourisme a recruté un chef de projet, le Loir-et-Cher a été département pilote, grâce à un cofinancement avec la Région », ajoute Claude Beaufils.

Touriste « En matière touristique on part de loin », explique Nicolas Perruchot, 1er vice-président du CD 41. « Ce Pôle tourisme, c’est une étape, pas une fin en soi. Il faudra consolider nos acquis, et pas seulement pour du tourisme culturel. Ce que demandent les touristes ici c’est de faire de belles découvertes, d’avoir une offre au juste prix et de qualité. Mais l’autre difficulté du Loir-et-Cher c’est que les touristes sont de passage ici et ne restent pas assez longtemps, on le dit depuis toujours. Ça c’est le verre à moitié vide. Le verre à moitié plein c’est qu’on a plusieurs millions de touristes en région Centre-Val de Loire, concentrés essentiellement entre le Loir-et-Cher et l’Indre-et-Loire, il faut en profiter et leur offrir ce qu’on a de meilleur ».

Christelle de Crémiers, vice-présidente déléguée au tourisme, aux terroirs et à l’alimentation du Conseil régional Centre-Val de Loire, pense quant à elle « qu’on a une marge de progression importante notamment sur le secteur de la restauration », et annonce la création prochaine d’une « marque alimentaire » régionale.

De l’avis de tous donc : c’est bien, c’est enfin là, le chiffre d’affaire du tourisme pourrait être multiplié par deux, et parmi les points d’amélioration… la signalétique du lieu lui-même. Car à part les lycéens du quartier Dessaigne, qui connaît la cour du 2/4 rue du Limousin à Blois ?

Frédéric Sabourin.

  2016, annus horribilis pour le tourisme en France ?

Dicton de commerçant : « ce qui est perdu ne se rattrape jamais ». L’année 2016 est une année (très) difficile en France pour le tourisme. Attentats du 13 novembre, grèves, manifestations et casseurs, météo défavorable et inondations : ne manque qu’une 7e plaie d’Égypte et le tableau sera complet. Depuis le 13 novembre 2015, les chiffres de fréquentation touristique s’effondrent en Ile-de-France : -56 % de touristes japonais ; – 35 % de Russes ; -24 % d’Italiens ; – 13,9 % de Chinois.
Pour mémoire, le tourisme en France c’est 7 % du PIB, 2 millions d’emplois directs et indirects, 84,5 millions de visiteurs étrangers en 2015 (+ 0,9 % par rapport à 2014).

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail