C’est fou le foot !

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

euro regard

                                                                                                                                                                                                                                     Loïc Puyo

Un Griezmann qui marche sur l’eau, un grand Lloris, un coup de pied arrêté et des coups loïc puyodu sort”… ai-je écrit dans mon dernier billet, et bien je n’étais pas loin d’avoir trouvé les clés de la victoire de ce soir !                                                                                                                                           

Seule la bataille du milieu de terrain m’a un peu échappé. En effet la triplette allemande a eu la main mise sur la rencontre et pourtant… La fameuse phrase “dominer n’est pas gagner” n’a jamais été aussi vraie que lors de cette demi-finale.

Comment croyez vous que les allemands sortent de ce match ? Ils ont dominé les débats de la 10ème à la dernière minute, se sont procurés de multiples occasions franches, ont eu la main (le pied) mise sur le ballon mais voilà le Dieu du foot en a décidé autrement.

Je crois que je vais même rebaptiser le sélectionneur de l’équipe de France Didieu Deschamps tellement il semble être béni dans ses choix “taque-tiques et teque-niques” ( à prononcer avec l’accent). Ses compos d’équipes ou  les scénarios des matchs qui se succèdent tiennent eux-aussi du miracle…

Pour vous raconter une anecdote, je regardais le match chez moi avec des coéquipiers nancéens et à la 35eme minute, quand j’ai vu que nos seules opportunités étaient venues de deux coups francs lointains, j’ai dit de façon complètement ironique: “vivement le premier corner!!!”. Et bien ça n’a pas loupé ! Premier corner=penalty=but ! Le tour est joué. Le tour de France, le tour de la France !

Une finale à domicile

Hugo Lloris@UEFA

Hugo Lloris@UEFA

S’en est suivie une deuxième période étouffante et à nouveau ponctuée par un coup du sort, avec cette double erreur défensive et ce nouveau but de Griezmann.

Les Bleus y sont ! Cet objectif pouvait paraître osé avant la compétition et qui finalement se concrétise : une finale à domicile ! Le moment est à la fierté et à la célébration, mais le réel objectif est maintenant la victoire finale.

Seule la victoire est belle. Il ne faudra pas dérailler face aux Portugais. Les deux formations seront sans doute au bout du rouleau, mais il faudra être capable d’enchaîner et de se déchaîner. La route n’est plus très longue mais il reste un dernier col à surmonter. On ne veut pas finir en Poulidor. Pour te montrer Contador, France, on sera là pour t’aider à faire un match en or !

Allez les bleus !

L.P

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Le foot, c’est fou ? Surtout, ça rend fou et/ou bête ! Mais ne revenons pas sur cet avis très personnel !

    Au passage : trop peu de commentateurs sportifs savent prononcer “grizmanne” au lieu du classique “gri èze manne”. C’est la même difficulté qu’avec Valérie “Trir vaille leur” devenue “Tri èr vellère “. Ou bien Hugo “lioris” et non pas “loris”.

    Sans revenir sur le cas de Dominique “strausse canne” prononcé “chtrausse canne” ! Si l’on veut mettre l’accent sur les origines étrangères de son nom (le racisme et l’antisémitisme se logent partout !), alors dire “chtraosse canne” !

    Mais, bon, je ne suis qu’un vieux grincheux qui pinaille sur la prononciation de certains noms propres ou noms communs ! Un dernier exemple, l’Euro : on dit tous “leuro” ou “un neuro” ; pourquoi entend-on tant de “vin heuro” (avec un H aspiré) quand ce n’est pas “vin zeuro” au lieu de “vin teuro”. Sans parler du beaucoup plus difficile quatre-vingts “zeuro” puisque quatre-vingts prends un S, contrairement à quatre-vingt deux, trois ou quatre, etc.

    Dure, dure, la langue française !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail