L’Eté avant la guerre

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Voilà un roman de saison à mettre dans sa valise ou à lire  dans une chaise longue sur  une pelouse semblable au gazon anglais dont il est justement question dans « L’été avant la guerre ». C’est de l’été d’avant la grande guerre, celle de 14-18  dont on vient  de célébrer le centenaire à Verdun et dans la Somme pour les Anglais qu’il est question dans cet ouvrage  rédigé d’une plume alerte et fluide.

Helen Simonson

Helen Simonson

Hélen Simonson offre à ses lecteurs une  comédie des mœurs sur une trame historique. Cette romancière anglaise qui a passé son enfance dans  un petit village du Sussex mais qui vit aujourd’hui à New-York a bâti  une histoire touchante où des femmes prisonnières  de leur époque,  occupent habilement, souvent avec infiniment de tact la place qui leur est échue  et en tirent le maximum  jusqu’à ce que la guerre bouscule leur univers  et y introduise des drames. 

Avec talent l’écrivaine  met en scène la place de la femme  anglaise (mais était -elle différente en France et en Europe?)  à cette époque,  son manque d’indépendance, le carcan dont elle est prisonnière, montre tout le chemin qui a été parcouru depuis et, en filigrane, celui  qui lui reste à faire. Dans la dernière partie avec une grande sensibilité et sans pathos, la romancière  dépeint la sanglante guerre de 14-18, dévoreuse d’hommes, de leurs vies et de leurs âmes. Sans cesse,  n’hésitant pas à avoir recours aux détails, aux odeurs, aux sensations elle alterne descriptions réalistes et ressorts psychologiques qui font avancer l’action.

Lire un extrait 

Béatrice Nash, l’héroïne

9782841118908L’histoire s’articule autour de Beatrice Nash  qui,  à la suite du décès de son père  est soumise  à une curatelle matériellement très contraignante. Cherchant à échapper à cette situation dégradante, en quête d’indépendance, elle accepte un poste de  professeur de latin dans une petite ville de la campagne anglaise. Ce lieu  et  les gens qu’elle est conduite à fréquenter et à côtoyer  la conduisent  à  remettre en question  ses idéaux et sa vision des pères, la fortifient dans son  féminisme  et lui font découvrir les sentiments amoureux  qu’elle pensait ne devoir jamais ressentir car elle se croyait destinée en toute logique à un avenir de vieille-fille. Elle succombe à la gentillesse, à la droiture et au charme de Hugh, jeune et posé chirurgien, cousin de Daniel  poète et idéaliste, tous deux aussi prisonniers des codes en vigueur dans la société victorienne..

Très vite, le roman prend son lecteur et ne lâche plus. Il avance entre situation et dialogues où perce un humour très british, sans faute de goût. A la présentation de cette critique sociale de l’Angleterre du début du XXème siècle  le lien s’établit avec notre époque et le combat constant pour l’égalité des sexes  qui est loin de toucher à sa fin. Avec « L’été d’avant guerre », le roman historique remplit pleinement sa fonction de lanceur d’alerte. Helen Simonson se place dans la lignée de Jane Austen qui plus d’un siècle avant elle se livrait déjà dans ses romans  à une satire sociale.

F.C.

L’Eté d’avant la guerre, Helen Simonson
Nil éditions, 648 pages  22,5 euros

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail