Les Jardins Migrateurs: un concert au Poutyl (Olivet)

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
Avant dernier concert de ce programme d’été, intitulé “Tout un programme” proposé par la ville d’Olivet au théâtre de verdure du Poutyl, mêlant cinéma, théâtre et musique, ce concert de dimanche après midi, n’a pas failli à la qualité de cette initiative culturelle.
 
Constantinople & Ablaye Cissoko, Jardins Migrateurs

Pierre-Yves Martel, Ablaye Cissoko, Kiya Tabassian

Trois instruments à cordes, trois époques, trois civilisations, c’est un surprenant pari musical que nous propose Ablaye Cissoko & le trio Constantinople (Sénégal, Iran, Canada) poétiquement intitulé “Jardins Migrateurs“, réunissant une viole de gambe, ancêtre renaissance du violoncelle, une kora, harpe de l’ouest africain aux résonances puissantes, et un setar persan, version à trois ou quatre cordes de la cithare bien connue de Ravi Chankar, élégant mélange instrumental rehaussé de chants en langue mandingue ou de poèmes persans du poète Hafez, les “ghazals” qui évoquent des thèmes mystiques du soufisme, en mettant en scène les plaisirs de la vie.
 
Les trois instrumentistes, après avoir accordé leurs subtils instruments, nous entrainent à la découverte d’une musique originale étonnamment métissée, entre envoutement oriental et rythmique africaine, entre poésie mystique et chant d’amour…
 
Et la musique a la puissance de transcender toutes ces différences pour retrouver et mettre en exergue l’originalité de chaque instrument, dans un dialogue qui subjugue l’auditeur par la richesse des tonalités se répondant par delà les mélodies traditionnelles.
Ainsi non seulement la musique adoucit-elle les mœurs, mais à l’évidence elle brise les murs, pour toujours s’enrichir par l’hybridation des cultures et par la créativité humaine…
 
Quel précieux message d’espérance nous livre la musique en ces jours sombres !

Gérard Poitou

Ablaye Cissoko & le trio Constantinople

Dimanche 24 juillet
Théâtre de Verdure Parc du Poutyl Olivet

Kiya Tabassian : Setar, chant
Keyvan Chemirani : Percussions
Pierre-Yves Martel : Viole de gambe
 
Prochain concert dimanche 31 Juillet 17 heures: Du Bartàs (Occitanie, bassin méditerranéen)

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bonjour, joli article élogieux et bien mérité par ce Quatuor formé par Ablaye Cissoko et le groupe Constantinople que j’ai eu le bonheur de rencontrer et d’écouter lors de leur concert du 21 juillet 2016 à Rabastens.
    Permettez-moi pourtant quelques remarques concernant le commentaire. Le musicien indien auquel il est fait référence s’appelle Ravi Shankar (avec SH et non CH) qui a rendu LE SITAR indien populaire en Europe. “La cithare” dont parle le journaliste de l’article est un autre instrument. LE SITAR indien fait aussi partie de la famille des luths et est l’instrument symbole de la musique hindoustanie de l’Inde du Nord. Contrairement au setâr iranien, le sitar indien a en dehors des cordes de jeu, des cordes sympathiques (qui ne font que résonner) et de bourdon en plus ce qui fait la richesse de sa sonorité.
    La cithare (de table) existe aussi en Inde mais correspondrait au santour / santoor. Merci de publier ces petits rectificatifs, musicalement Ursula Hasenbusch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail