Pepito, le manitas orléanais décède des suites d’une agression

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Pépito, portrait d'Aalin Pavard-Doisneau

Pépito, portrait d’Aalin Pavard-Doisneau

A 78 ans, Pepito arpentait encore les rues d’Orléans avec ou sans sa guitare, il était devenu au fil du temps une figure bien connue des Orléanais(es) qu’il charmait de sa musique et de son sourire.

L’émotion est d’autant plus vive qu’il semble bien que sa mort soit due à une agression dont il aurait été victime vendredi dernier. Sa famille après avoir déposé plainte, lance aujourd’hui un appel à témoin et le procureur d’Orléans a ordonné une autopsie pour déterminer les causes exactes du décès de Pépito.

“Pépito vient de nous quitter suite à une agression le vendredi 29/07 entre 21 h et 22 h. Toute personne, ayant vu cette agression d’une violence inouïe ayant entraîné sa mort, peut se faire connaître.
L’ agression a eu lieu 1 passage de la Râpe à Orléans (proche ligne du tram A)
merci de votre soutien
tel 06 80 85 97 12
(famille de Pépito)

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je n’ai rien vu, rien entendu, donc je me tais, par respect pour ce personnage un peu mystérieux, qui arpentait les rues “dangereuses” du quartier Bourgogne, apportant ici ou là un peu de joie avec sa guitare.
    Reposez en paix Paquito !

    • bsr je comprend pas tes mots je voie rien jantemps rien je dit rien sa veux dire quoi tu cet quelque chose alor si cet le ca dit nous et tkt tu sera protégé par la famille stp car il faux con retrouve cet enfoiré de mort

  2. Paix a ton âme Pépito.. Le son de ta guitare et ton rire feront parti de nos meilleurs souvenirs.. Pour tous les sourires que tu as engendré, tous ces bons moments partagés.. MERCI Pepito d avoir egayé la rue de Bourgogne, et tant d autres, durant toutes ces années. <3
    Je ne pourrais t oublier.

  3. Je viens par ces mots émus par l’annonce de la nouvelle de la mort de pépito. Car c’était une personne pleine de joie et qui transmettais beaucoup de bonheur. Et qui partager pleins de couleur avec sa guitare. Je voulais dire à sa famille que je partage ce moment de malheur et vous souhaite toutes mes condoléances.

  4. Merci à toi PEPITO, je suis arrivée à la Source en mai 1987, comme un arbre dans la ville, et ton sourire donnait du soleil au béton. Tu étais souvent à la brasserie du 2002, en face la boulangerie où je me rendais chaque matin, avec ma fille puis avec mon fils, que tu prenais parfois sur tes genoux, avec ta guitare, souvenirs, souvenirs… Comme toi j’ai fait sécession, du sud je suis venue au nord….Et ton sourire, ta philosophie ont étaient un grand rayon de soleil au sein de la cité johannique, un grand MERCI. Plein de pensées pour ta famille et tes proches.

  5. Pépito un grand homme au grand cœur toujours là pour faire plaisir a jouer de sa guitare 😉 Rip mon Ami … J’oubli pas nos grandes discutions et les repas partagés.. Une image d’Orléans qui va nous manquer :'(

  6. Tous à Orleans connaissaient Pepito. Je suis arrivée dans cette ville avec mes 18 ans, or Pepito, ses roses et sa guitare m’ont marquée pour toujours… Un homme gentil et généreux, le grand-père des jeunes de la rue Pepito, tu vas manquer à Orleans…

  7. J’avais beaucoup de tendresse pour ce monsieur qui était dans le paysage orléanais depuis mon adolescence, depuis 30 ans. À cette époque c’était des policiers en civils, formés, éduqués, bien intentionnés, en nombre qui étaient en ville le soir, en dialogue… pas en “guerre”. Maintenant nous avons 120 caméras…je ne doute pas que l’une d’elle ait filmé. Puisque l’on nous martèle que ces caméras résolvent les crimes. J’attends, j’attends que la famille ait une réponse à la hauteur de cet investissement sans doute aucun (le doute est l’apanage de ceux qui réfléchissent paraît-il).

  8. Je découvre la nouvelle avec incompréhention. Cette nouvelle nous assomment. A force de ceuillir les fleurs qui égaient notre vie… Il ne restera plus que l’herbe qui détruit la vie de ceux que l’on aime. Nul doute que Pépito était de ceux qui pensaient qu’il y avait assez de bonheur pour tous si chacun se limitait au bonheur de vivre. Nous nous joignons à tous ceux et toutes celles enveloppés par la tristesse. Nous sommes de tous coeur avec la Famille de Pépito. Que sont âme hante à jamais la mémoire de son bourreau… et lui survive à jamais… Adieu Pépitto… Tu nous manques déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail