Rétro: “21 nuits avec Pattie”, et le verbe se fait chair

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

bandeau rétro été

Durant tout l’été, Magcentre vous propose de lire ou relire les articles qui ont marqué l’année, ceux que vous avez préférés, que vous avez le plus commentés ou partagés.
Date initiale de publication: 2 décembre 2015

Isabelle Carré Karine Viard Denis Lavand

Isabelle Carré Karine Viard Denis Lavand

C’est avant tout un film très littéraire que nous proposent les frères Larrieu dans ce conte érotico-fantastique, car ce film c’est d’abord la jouissance du verbe avec la description de ses frasques sexuelles par Pattie (Karine Viard),  drôle de cinéma de la crudité quand le mot remplace l’image, la pornographie verbale du propos s’affranchit soudainement de toutes les censures, pour des scènes qui mises en images auraient valu au film un classement X…

Dans ce décor idyllique de l’Aude profonde, Caroline (Isabelle Carré) venue de Paris pour enterrer une mère dont elle ne connait pas trop la vie, se perd dans un autre monde, telle Alice découvrant que, peut-être, les spectres se promènent en dansant, et que pour rencontrer JMG Le Clézio (André Dussolier), il suffit d’y croire. Car tout est désirs ou fantasmes dans cette étrange vallée, où Eros et Bacchus font bon ménage, et où les tabous semblent abolis, jusqu’à l’immonde nécrophilie que même le sémillant gendarme justifie, car comme l’écrit le vrai Le Clézio dans “l’Extase Matérielle” que lit le faux Le Clézio: « Le corps est vie, l’esprit est mort. La matière est être, l’intellect néant. Et le secret absolu de la pensée est sans doute ce désir jamais oublié de se replonger dans la plus extatique fusion avec la matière. » Fusion extatique qui transfigurera Caroline un soir d’orage…

Toute l’histoire est racontée dans une image au format quasiment carré (le 1,33 de nos vieilles télés) ce qui imperceptiblement, interdit tout espace autour des acteurs et impose une sorte de narration qui isole chaque personnage dans son univers fantasmatique, jusqu’aux cinq dernières minutes où l’image redevient “normale” avec un coucher de soleil digne d’une pub Renault, pour les retrouvailles de Caroline avec son mari oublié,  avec une chute de rein finale qui si elle sauve la morale, manque singulièrement d’originalité pour ce film jubilatoire et hédoniste, somme toute un peu trop bavard pour être honnête.

Gérard Poitou

“21 nuits avec Pattie” un film d’Arnaud et Jean Marie Larrieu

avec Karine Viard, Isabelle Carré, André Dussolier

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail