Chartres: 2 ans de prison ferme pour consultation de sites jihadistes

En vertu d’un texte de loi du 3 juin dernier*, un habitant de Chartres a été condamné par le tribunal correctionnel à une peine de deux ans de prison ferme pour avoir assidûment fréquenté des sites faisant l’apologie du terrorisme. La procureure avait requis un an d’emprisonnement, mais les juges ont opté pour la peine maximale prévue par cette nouvelle loi.

Yannick Loichot, 31 ans, converti à l’islam en 2009, avait attiré l’attention des enquêteurs par son activité sur l’internet. En plus d’aller sur des sites djihadistes appelant à commettre des attentats, il regardait régulièrement des vidéos de décapitation et cherché comment se procurer des armes.

Il visait la tour Montparnasse

Sur Facebook, Yannick Loichot avait posté une photo de la tour Montparnasse avec ce commentaire : “Montparnasse, quelle belle tour?! On va lui rendre sa splendeur. Inch’Allah”. Il aurait également cherché à obtenir les plans du bâtiment mastodonte.

Suffisamment d’éléments pour que ce Chartrain soit arrêté et jugé en comparution immédiate. Il se défendra en plaidant avoir fait tout ça “par curiosité”. Mais les juges n’ont eu que peu de doutes quant à sa culpabilité. A son domicile ont été retrouvés des feuillets où l’on pouvait y lire, par exemple : “Décapitez tous les mécréants”.

Le prévenu est parallèlement poursuivi pour apologie du terrorisme pour laquelle Il encourt sept ans supplémentaires de réclusion.

*La propagande Djihadiste en ligne est un délit

La lutte contre la propagande Djihadiste en ligne est inscrite dans la loi du 3 juin. Deux délits ont ainsi été créés.
Le fait de consulter habituellement un site mettant à disposition des messages, images ou représentations provoquant directement à la commission d’actes de terrorisme ou faisant l’apologie de ces actes est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende.
Le fait d’extraire, de reproduire ou de transmettre intentionnellement des données faisant l’apologie publique d’actes de terrorisme ou provoquant à ces actes est puni de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 € d’amende.

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Lutte-contre-le-terrorisme-les-avancees-grace-a-la-loi-du-3-juin-2016

 

D’après notre confrère: http://www.metronews.fr/






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail