Jean-Marc Ayrault en touriste à Chaumont-sur-Loire et Chambord

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le ministre des Affaires étrangères était en déplacement en région Centre-Val de Loire le 23 août : à Montlouis-sur-Loire, puis à Chaumont-sur-Loire et à Chambord, pour évoquer l’économie touristique, et les questions liées à la sécurité des lieux hautement fréquentés.

Jean-Marc Ayrault avec Chantal Colleu-Dumont, directrice générale du Domaine de Chaumont-sur-Loire.

Jean-Marc Ayrault avec Chantal Colleu-Dumond, directrice générale du Domaine de Chaumont-sur-Loire.

Soleil de plomb et tempête de ciel bleu : Jean-Marc Ayrault a bien choisi son jour pour venir faire un peu de tourisme en région Centre-Val de Loire, mardi 23 août. Un déplacement initialement prévu le 26 juillet mais annulé sitôt arrivé pour cause d’attentat à Saint-Étienne-du-Rouvray (76).

Après les caves et producteurs de Montlouis, c’est au Domaine de Chaumont-sur-Loire, ses célèbres jardins et expositions d’art contemporain que l’ex Premier ministre s’est promené, au pas de charge, faisant le bilan de la saison touristique 2016. Une saison pas encore achevée, mais d’ores et déjà “ça sera une année à part”, a-t-il déclaré dans une allocution aux élus locaux et à la presse. Sur l’ensemble du territoire, le secteur fait grise mine : -7% de fréquentation en France, jusqu’à -10% à Paris. Même si les premiers résultats de la saison sont très contrastés d’une région à l’autre, à ce titre le Centre-Val de Loire ne s’en sort pas si mal. Il vaut mieux, car avec 50.000 emplois directs (sur 630.000 emplois du secteur marchand au total dans la région), il va sans dire que “l’industrie touristique” comme Jean-Marc Ayrault n’hésite pas à dire, est une manne pour les professionnels du secteur et le PIB local.

Effets néfastes durables ?

Les effets des attentats commis sur le sol français depuis fin 2015, la météo calamiteuse d’un printemps pourri, les inondations en région Centre-Val de Loire, les mouvements sociaux contre la loi travail et la grève d’Air France sont sans grande surprise les facteurs principaux de cette baisse de fréquentation. En ce qui concerne les touristes étrangers, (85 millions de touristes en 2015, année exceptionnelle), très sensibles aux questions de sécurité, c’est la clientèle asiatique fortunée qui a le plus annulé ses séjours en France. Mais les Russes, ou encore les Brésiliens, ont également décidé de reporter leurs voyages, pour cause de climat diplomatique pour le moins tendu dans leur propre pays.

Chaumont-sur-Loire festival des jardins “La France demeure tout de même une destination qui fait envie”, a voulu rassurer J-M. Ayrault, “il ne faut pas non plus s’endormir sur nos lauriers, et travailler avec tous les professionnels du secteur, dans l’écoute et le dialogue. Il faut regarder la situation en face et ne pas faire comme si tout allait bien. Mais nous réagissons et nous allons, dans les semaines qui viennent, réunir un Comité économique d’urgence pour le tourisme, afin de faire remonter toutes les remarques des professionnels”. A l’automne prochain, la conférence annuelle sur le tourisme aura au menu la situation 2016, qui ne restera pas un grand cru. Cette baisse de fréquentation, liée à l’image globale de la France, aura-t-elle des effets durables ? C’est ce que redoutent les professionnels du tourisme. Le ministre des Affaires étrangères tempère : “Nous faisons face, nous nous organisons, voilà ce qu’il faut dire dans nos campagnes de communication. Il faut positiver l’image de la France. Mais ça ne se fait pas tout seul, ça demande beaucoup d’efforts, et je crois beaucoup à cette capacité de résilience ; nous l’avions vu lors des attentats de 2015. Mais nous n’avons le droit à aucun moment de résignation. J’ai parlé d’une mobilisation générale, elle doit être une constante dans l’intérêt du pays”. 500.000 € supplémentaires seront débloqués en plus des 2,5 M€ annoncés en soutien au tourisme français, une somme qui servira – entre autres – pour les prestataires de la Côte-d’Azur suite à l’attentat de Nice le 14 juillet dernier.

Jean-Marc Ayrault s’est ensuite rendu au Domaine national de Chambord pour évoquer la sécurité des lieux touristiques très fréquenté, et tenir une réunion sur le « Contrat de Destination » entre les sites touristiques locaux et l’État.

Frédéric Sabourin.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail