Orléans : Ikea, ne me “kit” pas…

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

18.600 m² de surface de vente ont ouvert leurs portes en (très) grande pompe mercredi 24 août à Ardon (Orléans sud). Un projet d’envergure, dont les premiers pourparlers ont débuté en 2004. 190 salariés piaffaient d’impatience d’accueillir le chaland, qui s’est pressé à l’heure de l’ouverture au public, pour être les premiers à venir choisir un fauteuil Poang ou un lampadaire Ängland.

(g. à dr.) H. Saury (pdt du CD45), N. Meddah (préfet du Loiret), Ch-E Lemaignen (pdt agglo Orléans), F. Bonneau (pdt Région), C. Frick (directrice du magasin), E. Blachais-Catoire (maire d'Ardon).

(g. à dr.) Hugues Saury (pdt du CD45), Nacer Meddah (préfet du Loiret), Ch-E Lemaignen (pdt agglo Orléans), François Bonneau (pdt Région), Christine Frick (directrice du magasin), Elysabeth Blachais-Catoire (maire d’Ardon).

Le grand équipementier suédois de mobilier en kit et décoration d’intérieur avait vu grand, très grand pour l’inauguration tant attendue. Devant un parterre d’environ 400 invités et les élus locaux, Christine Frick, directrice du magasin, Olivier Baraille, pdg France de la marque jaune et bleue et les 190 salariés ont accueilli, dès le ruban officiel coupé, les premiers clients impatients de flâner dans les 18.600 m² de surface de vente, et au milieu des 8.250 références vendues. C’est le 33e magasin en France de la marque créée en Suède par Ingvar Kamprad, résident Suisse du canton de Vaud, dont la fortune était estimée à 41 milliards d’euros en 2013. C’est aussi le 3e pays en nombre de grandes surfaces, après l’Allemagne et les États-Unis. Le chiffre d’affaires mondial avoisine les 32 milliards d’euros en 2015, environ 2,4 milliards pour la France. 

Des espaces de vie aménagés dans le style local

40 M€ ont été investis pour la construction de ce magasin, dont près de 5M€ de fonds publics destinés à aménager les abords afin de fluidifier le trafic, toujours un peu bouchonné aux approches de ce genre de grande surface commerciale à succès (bretelles d’accès, rond-point, aménagement de la RD2020, prolongement d’une ligne de bus etc.). 73 logements locaux ont été visités par l’équipe de direction, afin de coller au mieux aux besoins de la population locale et de répondre à ses attentes. Notamment en matière d’éclairages, de fenêtres, d’aménagement de sous-pentes, et de garages. 44 “espaces de vie” – sorte de mini-logements grandeur nature – ont été aménagés pour que les clients se mettent en situation. 13 sont aménagés dans le style Ligérien – Solognot.

Ikea caribou Une des grandes satisfactions de ce genre d’implantation – outre de déguster à 8 heures du matin un petit déjeuner suédois à base de toasts au saumon, harengs, fromage et… vodka suédoise – c’est l’emploi. 150 créations de postes l’ont été dans le bassin Orléanais, en lien étroit avec les partenaires institutionnels locaux (Maison de l’emploi, Pôle Emploi par exemple), sur un total de 190 salariés que compte le magasin. Ce qui, selon les écologistes d’EELV, compenserait un peu les fermetures récentes de deux enseignes concurrentes. 6.000 candidatures ont été reçues par la direction ; la sélection s’est faite selon la méthode dite des “habiletés” c’est-à-dire sans CV.

Une vision du monde

Elysabeth Blachais-Catoire, maire d’Ardon, a évoqué “les 4 ans de préparation avant l’ouverture, le travail colossale et l’aventure unique” qu’a représenté l’arrivée de cette grande surface suédoise de meubles en kit. Charles-Eric Lemaignen (pdt d’Aggl’Orléans) parle de l’agglomération comme un “facilitateur dans ce projet au long court. Nous serons bientôt la 16e métropole de France, il fallait bien une implantation comme celle-là”. Pour le président de la Région Centre-Val de Loire François Bonneau, “avec une telle ouverture, et les échanges culturels et commerciaux qui en découlent, c’est la vision du monde et de l’Europe de demain”, a-t-il déclaré, lyrique. Le préfet du Loiret et préfet de région Nacer Meddah a quant à lui brandi sa carte de fidélité précisant qu’il “était un membre de la famille”. Des fauteuils scandinaves en kit à l’hôtel néoclassique XIXe siècle de la rue de Bourgogne : on veut bien être les premiers invités à venir s’asseoir dedans pour voir ça de plus près.

Avec 600.000 personnes dans la zone de chalandise, le chiffre d’affaires devrait monter rapidement, sans doute plus que le montage des meubles en kit, toujours un grand moment de sport pour ceux qui s’y adonnent. “On ne parle pas de chiffre d’affaires”, déclare en aparté Christine Frick, “mais on estime à un million le nombre de visiteurs dès la première année”. L’effet nouveauté, le fort engouement pour l’aménagement intérieur du style suédois – souvent imité, jamais égalé –  et le plan du magasin (il faut passer par tous les espaces de vente pour ressortir du labyrinthe) va sûrement doper le prix du panier moyen, comme il “suédois”.

F.S

 

 Paroles de premiers clients
Sylvie et Claude piaffent d’impatience, à l’extérieur du magasin, en attendant qu’il ouvre. Un orchestre à canotiers joue des airs de jazz dans le style “New Orleans”, et on peut déguster petits gâteaux suédois au chocolat en buvant du café ou des jus de fruits. Ils ne sont pas seuls, leurs deux petits enfants les accompagnent, en cette fin de vacances scolaires. “Ils viennent de la région bordelaise, ils connaissent bien et sont ravis de voir un autre magasin ouvrir ses portes, et il y a de l’ambiance !” s’enthousiasme Sylvie, petit drapeau suédois en main. Laura et Olivier viennent d’emménager dans l’Orléanais, c’est l’aubaine pour eux : “On ne pouvait pas rêver mieux. Sans ça, nous aurions du aller à Tours, ou remonter en Ile-de-France, là c’est plus pratique”. Qu’est-ce qu’ils aiment chez cette enseigne jaune et bleue ? “Ça va vous paraître bizarre, mais moi j’aime bien monter les meubles en kit, même quand on se trompe ! Je trouve ça marrant, je prends ça comme un jeu”, dit Olivier et Laura confirme, tout sourire. Marie est venue avec une de ses filles, future étudiante en école d’infirmière et qui justement, va avoir besoin de s’équiper. Pourquoi ici ? “Le choix est très vaste, et les prix vraiment compétitifs. Et puis moi j’aime bien ce côté grain de folie suédois, c’est amusant cette ambiance aujourd’hui, on ne se prend pas au sérieux. Sans ça, s’équiper de meubles ou de tapis, tout ça, c’est pas toujours drôle”. Marc est venu quant à lui “essayer la cafétéria, la bouffe suédoise ça me plaît bien”. Seulement pour ça ? “Non… Pour le sourire des vendeuses, j’en ai aperçu des jolies tout à l’heure”. Il pourra aussi choisir son canapé-lit, s’il arrive à conclure une affaire…

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Que d’enthousiasme !
    Il n’est pas rare quand je loue pour des vacances que tout soit Ikea, c’est à dire fabriqué en Chine, en Indonésie… jamais en France bien sûr, ni même en Suède…
    Et si pour votre prochaine étagère, vous vous adressiez au menuisier du coin ? Le choix du sur mesure n’est pas forcément plus idiot, peut-être pas si cher que ça et sans doute plus durable – vous savez : comme le développement du même nom.
    Sommation à la c… à la consommation ?!?
    Je ne l’ai pas dit fort…

  2. Quiconque a déjà monté un meuble en kit vous racontera ses aventures :
    – notices de montage limitées à des schémas souvent incompréhensibles.
    – lots de pièces en vrac.
    – colle qui ne colle pas, mais dégouline bien.
    – temps de montage multiplié par 2.
    – fonds d’armoires en plusieurs parties qui ne tiennent pas, ou à clouter, que c’est un vrai bonheur.
    – montage à plat dans une chambre où un lit prend toute la place.
    – vis à tête spéciale, dont il est difficile de trouver l’embout pour visseuse. Clé adaptée fournie qui résiste au mieux à une dizaine de vissages et vous casse les doigts.
    – glissières pour tiroirs que l’on peut monter à l’envers. En cas d’erreur, toutes les billes d’acier se retrouvent sous le lit.
    – portes coulissantes au système de montage incompréhensible.
    – portes avec glaces d’un poids insoupçonné.
    – charnières de porte très difficiles à régler, si on ne connaît pas la méthode.
    – meubles condamnés à la déchetterie quand on déménage…

    Bref, le rêve peut vite se terminer en cauchemar. La preuve, le nombre de demande de monteurs professionnels sur des sites spécialisés comme Starofservice. Seulement, cela multiplie la facture par deux.

  3. Quand je vois les foules qui se pressent pour l’ouverture d’un magasin de meubles, produits de consommation courante et quotidienne comme chacun le sait, ou pour “chasser le pokemon, c’est-à-dire , dans les deux cas, pour répondre avec une servilité incroyable aux moindres stimuli d’une grande multinationale, je me pose vraiment des questions sur la santé mentale de mes concitoyens.

  4. Il suffit de retourner les étiquettes pour s’apercevoir que c’est du “made in China” comme chez Babou ou Gifi ( ou un peu partout ailleurs) mais avec des prix bien plus élevés;

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail