La Rectrice d’académie fait sa rentrée

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

À 48 heures de la rentrée des 35.872 enseignants et personnels d’éducation et des 470.959 élèves du 1er et second degré, Marie Reynier, rectrice d’académie Orléans-Tours faisait le point sur la rentrée. Réforme du cycle 3 (CM1-CM2-6e), réforme du collège, et sécurité dans les établissements au principal menu.

Marie Reynier (au centre) lors de la conférence de presse de rentrée,au rectorat d'Orléans.

Marie Reynier (au centre) lors de la conférence de presse de rentrée,au rectorat d’Orléans.

C’est une première au cours d’un quinquennat : la refonte totale des programmes, 1er et second degré confondus. Le « cycle 3 » (CM1, CM2, 6e) va donc intéresser de près les services de l’Education nationale. « En 3e, nous avons constaté que les lacunes venaient d’éléments incompris dans ce cycle 3. Nous surveillerons particulièrement la maîtrise de la langue », explique Marie Reynier, Rectrice d’académie Orléans-Tours, au cours d’une conférence de presse de rentrée de près d’une heure.
Mais ce qui intéresse aussi beaucoup enseignants, élèves, parents d’élèves et les services de l’académie, c’est la fameuse réforme du collège, chère à la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud Belkacem. Vent debout contre la réforme, certains enseignants appellent à résister contre sa mise en œuvre, en organisant une journée d’action jeudi 8 septembre prochain, une semaine après la rentrée. Marie Reynier tempère : « Nous avions une majorité silencieuse,  une marge enthousiaste, et une marge en colère. 80 % de ce que faisaient les enseignants continueront de se faire, ils ont beaucoup travaillé pour se préparer à la mise en œuvre de ces nouveaux programmes. La recette pour la réussite d’une réforme c’est la souplesse, la patience et la persévérance ». Et d’insister sur « le malentendu de départ sur les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires). C’est le contexte qui est pluridisciplinaire. L’enseignant d’une matière reste enseignant de sa matière ».

Cogito ergo sum

Concernant le latin et le grec, qui, on se souvient, étaient menacés de disparition ou tout du moins d’un fort régime amaigrissant, Marie Reynier assure que « les collèges qui avaient du latin ont toujours du latin : 222 collèges sur les 231 que compte l’académie. Le grec, c’est encore mieux : de 27 collèges qui avaient du grec, nous sommes passés dans l’Académie à 47 aujourd’hui ». Fiat, donc. Les classes bilangues, elles aussi menacées de disparition ? « Nous avons fait le choix, dans cette académie, de maintenir le plus possible de classes dites bilangues de continuité ». De 150 en 2015, il en subsiste 117 à la rentrée 2016. Comprendre : l’apprentissage d’une seconde langue vivante en cycle 3 peut continuer en 5et même au delà. « C’est à nous de mettre une impulsion sur les langues », insiste la Rectrice, « nous ne sommes pas une région frontalière, mais les langues étrangères sont néanmoins très importantes, notamment en matière touristique ».

Moins de décrocheurs

Plus d’importance sera donné à l’oral dans les épreuves du nouveau brevet des collèges (DNB), et une nouvelle épreuve d’une heure fait son apparition : les sciences (physiques ou de la vie de la terre). L’épreuve orale, qui concernait jusqu’alors l’histoire des arts, pourra s’élargir à un projet monté par l’élève lui-même, en lien avec les EPI pourquoi pas.
Autre gros morceau cette rentrée : le numérique au collège. Les enseignants et les élèves ont deux pratiques très différentes de l’utilisation du numérique : les premiers l’utilisent pour préparer leurs cours. Les seconds pour jouer, communiquer, et s’informer, rarement avec un grand sens critique ni du discernement, ouvrant la voie aux théories du complot les plus farfelues voire dangereuses. L’accent sera mis sur l’Education aux médias (EMI) notamment en lien avec l’EMC (Education morale et civique).
Les lycées professionnels ne sont pas oubliés : ils sont très présents sur le territoire de l’académie. Renforcement de l’alternance pédagogique (les stages en entreprises), de l’accueil des élèves, et lutte contre le décrochage scolaire. A ce titre, des résultats se sont fait sentir depuis 2011 : de 8.300 élèves décrocheurs on en comptabilise aujourd’hui 5.300.

Exercices de confinement

Enfin, le volet sécuritaire n’est pas oublié, loin de là : les services de l’académie travaillent d’arrache pied à la « préparation de dispositifs pour agir vite », c’est-à-dire pouvoir joindre le plus rapidement possible quelqu’un dans un établissement en cas de menace d’attentat (par exemple). En lien étroit avec l’État-major et la préfecture, tous les établissements et tous les degrés vont devoir, d’ici aux vacances de la Toussaint (19 octobre au soir) organiser un « exercice de confinement » en cas « d’attentat – intrusion », avec présence des forces de l’ordre. Autant dire qu’il y a du pain sur la planche pour tout le monde, et ça commence jeudi 1er septembre.
Frédéric Sabourin.

 

 La rentrée en chiffres
13.174 enseignants dans le 1er degré public.
15.364 enseignants 2d degré public
Total 28.538 enseignants du public.
7.334 personnels de direction, d’orientation, d’éducation, d’internat, auxiliaire et vie scolaire.
470.959 élèves (1er et 2d degré, privé sous contrat et public) dans l’académie (+0,3 %).
2.075 écoles public dans le 1er degré. 130 écoles privées sous contrat.
323 établissements du 2d degré public. 95 privés sous contrat (total 418).
Total 1er et 2d degré : 2.398 établissements public ; 225 privés sous contrat.

87,2 % de réussite au Diplôme national du Brevet (87,3 % au niveau national).
Bac général : 91,3 % de réussite (91,4 % au niveau national).
Bac technologique : 91,1 % de réussite (90,7 % au niveau national).
Bac professionnel : 83,1 % de réussite (80,3 % au niveau national).
CAP : 83,6 % de réussite.
BEP : 84,7 % de réussite.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Cette rectrice, nommée en 2011 par Sarkozy, et qui s’était présentée à l’époque comme n’étant pas “une rectrice de gauche” (sic) aura tenu tout le quinquennat de Hollande.
    Un record de longévité dans cette académie (mis à part Gérald Antoine qui sera resté 12 ans, mais c’était une autre époque).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail