Hitachi: et Michel Ricoud écrit au préfet

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
Michel Ricoud

Michel Ricoud

Michel Ricoud, conseiller municipal (PCF) d’Orléans et conseiller communautaire s’est, comme le sénateur Jean Pierre Sueur (PS) inquiété de la fermeture annoncée du site d’Ardon du groupe Hitachi.
Dans une lettre adressée au préfet de région le 1er septembre, il souligne:
 
“[…] le groupe japonais a les reins solides avec un résultat net espéré pour 2016 de 1,62 milliard d’euros ( +16% par rapport à 2015).
Je n’admets pas que les grands groupes comme HITACHI qui réalisent de tels bénéfices puissent licencier 170 salariés même si cette entreprise prend des précautions de langage quant à l’écoute de son personnel.
Je réitère ma demande de table ronde avec tous les acteurs de la vie économique dont les organisations syndicales,  afin que HITACHi ne licencie aucun de ses salariés. Derrière le chiffre de 170 suppressions d’emplois, il y a des souffrances sociales et humaines.”

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ah les politiques ! Ne rien comprendre à l’économie, mener le pays à la faillite et donner des leçons aux autres. C’est grâce à des gens comme ça que notre pays est devenu un désert industriel.

    • Franchement qu’est ce que vous connaissez à l’économie … qui n’est pas qu’un marché !
      … si ce n’est l’économie de la spéculation et de l’exploitation façon Macron !
      Ni droite , ni gauche … le pognon dans mes poches de maquignon!

  2. En attendant, celles et ceux qui vont se retrouver en “faillite”, ce sont les 170 salariés d’HITACHI. Mais de cela Fabrice DAYRON s’en moque totalement.. Même si je n’ai pas fait l’ENA, je pense comprendre un peu l’économie. Voilà une entreprise qui réalise de colossaux profits et qui ferme. Pourquoi pas réinvestir sur le site d’ARDON ? Vous souvenez du scandale GEMALTO qui a préféré sacrifier son usine d’ARDON et ses salariés pour s’installer en Espagne où les salariés sont moins bien payés?

    Michel RICOUD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail