Vingt ministres de l’Agriculture dans un château

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Quel avenir pour la Politique agricole commune (PAC) après le Brexit ? C’est ce sur quoi ont planché vingt ministres européens de l’Agriculture au château de Chambord, à l’invitation de la France. Le débat est ouvert, mais en terme d’image le choix de Chambord a été critiqué.

Photo de famille à l'issue de la réunion des ministres européens de l'Agriculture. (c) A.P

Photo de famille à l’issue de la réunion des ministres européens de l’Agriculture. (c) A.P

20 ministres européens de l’Agriculture sont partis d’un constat commun : en cas de crise agricole, sanitaire, climatique ou même des marchés, ils sont seuls à devoir assumer les fluctuations parfois très volatiles des conséquences. Ils ont ouvert le débat, à l’invitation du ministre français de l’Agriculture Stéphane Le Foll, au Domaine nationale de Chambord les 1er et 2 septembre. “On a eu les inondations, maintenant la sécheresse, une telle baisse des rendements, c’est du jamais vu. Alors qu’est-ce qu’on peut faire, comment protéger les agriculteurs de ces aléas climatiques, de plus en plus fréquents, de plus en plus violents ?” a-t-il exprimé.

Quel avenir pour la PAC après le Brexit ? C’est ce qui occupait une grande partie de cette rencontre. Les ministres européens de l’Agriculture ont réaffirmé la nécessité de poursuivre la PAC, malgré le Brexit qui va notamment entraîner une coupe de 7 milliards d’euros dans son budget. La prochaine PAC sera établie pour 2020-2025, et tous ont insisté sur son importance au regard des aléas climatiques. D’autres questions sont restées en suspend, comme la réduction volontaire de la production agricole par exemple. 

Stéphane Le Foll.

Stéphane Le Foll.

 Le choix de Chambord a choqué bon nombre d’agriculteurs eux-mêmes, notamment Bernard Lannes, président de la coordination rurale : “C’est quand même dingue, il y a une crise agricole jamais vue depuis des décennies et les ministres européens de l’agriculture se réunissent dans un château, pendant que les gueux sont dehors en train de crever. Nous on était là, on a voulu montrer qu’on est pas des gueux, nous sommes des chefs d’entreprises”.

F.S

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail