Guillaume Peltier ne veut pas qu’on lui impose des migrants de Calais

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Dans un communiqué intitulé “Répartition des migrants de Calais : non au diktat migratoire”, le conseiller régional Les Républicains et maire de Neung-sur-Beuvron G. Peltier exprime sa vive opposition à se laisser imposer le nombre de migrants de Calais qui doivent être répartis sur le territoire français, dont 828 en région Centre-Val de Loire.

peltier meeting sarkozy

Guillaume Peltier

 C’est la Une de nos confrères du Figaro qui a mis le feu aux poudres. Une carte présente le nombre de migrants que chacune des 13 régions françaises va devoir accueillir sur son sol, pour vider peu à peu la jungle de Calais, au bord de l’explosion. 12.000 places d’hébergements devront être créées d’ici à la fin de l’année, le Ministère de l’Intérieur en prévoit 828 en région Centre-Val de Loire dont 580 places nouvelles. 

Dans son communiqué, le chef de file de l’opposition Les Républicains au Conseil régional Guillaume Peltier s’étrangle : “Qu’il faille en ces temps difficiles faire preuve de solidarité, nous y sommes tous prêts. Mais, repartir les migrants dans nos communes rurales ne résout en rien la crise migratoire que nous traversons. Pire, elle l’amplifie ! Que les élus locaux soient mis à contribution et consentent à des compromis dans l’intérêt général, nous y sommes prêts. Mais sans être consultés ni même informés, c’est mépriser notre travail quotidien (…)”

Joint au téléphone par Mag’Centre dans l’après-midi du 13 septembre, G. Peltier s’explique : “Des rumeurs circulaient depuis plusieurs semaines, mais nous venons de découvrir le chiffre exact à la Une du Figaro ce matin. Ce qui me révulse, c’est que le Ministère de l’Intérieur a demandé aux préfets de ne pas nous consulter. Tous les jours, je sollicite L’État, pour les difficultés sociales dans les territoires ruraux, pour le manque de médecins, pour les agriculteurs en grande souffrance… Alors que chacun sait, avec lucidité, que tant qu’il n’y aura pas d’emplois ni de logements, c’est illusoire et même une faute de proposer aux migrants un eldorado qui n’existe pas”.

Alors que faire ? Renvoyer les migrants de Calais chez eux ? “L’État a les moyens pour mettre à disposition des logements provisoires, même envisager la scolarisation des enfants, bref il a les moyens d’intervenir à Calais même. L’autre chose qu’il faut faire : il faut aller discuter fermement avec les Britanniques, et les contraindre à accepter de construire sur leur sol un centre d’hébergement provisoire. Il faut aussi que les procédures de demandes d’asile soient examinées plus rapidement, pour que les réfugiés – qui viennent d’un pays en guerre – soient accueillis comme il se doit car c’est notre devoir moral. Mais que les migrants économiques soient renvoyés chez eux. On ne peut pas accueillir tout le monde”.

Le président de la Région PACA Christian Estrosi a indiqué dans l’après-midi “s’opposer formellement à ce que nous subissions les mini jungles que le gouvernement voudrait imposer”.

F.S.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Guillaume Peltier a raison. On ne peut pas déplacer un problème, qui converne avant tout les Anglais. Il faudra bien se résoudre à discuter avec eux, puisque les “migrants économiques” sont prêts à tout pour franchir la Manche.
    Une autre question est celle des réfugiés de guerre qui ont vocation à rentrer ensuite dans leur pays. Nous devons les accueillir et les prendre en charge, tout en écartant toute possibilité de séjour définitif. Connaissant l’impossibilité de leurs pays d’origine de retrouver rapidement la paix civile, certains séjours pourront durer 20 ans et plus et des enfants naîtront en France.

  2. La jungle de Calais est la honte de la France !
    Cet endroit qui “accueille” environ 10000 migrants est une indignité infligée à ces êtres humains, arrivés jusqu’ici au péril de leur vie (+ de 3000 migrants morts en mer en 2015/2016 ou en chemin avant d’échouer à Calais !) Les conditions de survie dans ce camp sont indescriptibles. le pire s’y passe ! Pensons aux enfants présents sur ce camp. Il en va de l’honneur de notre pays d’offrir d’autres conditions de vie aux réfugiés présents sur notre sol. La France est un pays riche capable de subvenir aux besoins fondamentaux des ces quelques milliers de personnes. Il est par ailleurs utile que la France sollicite la collaboration de la Grande Bretagne qui a également les moyens financiers de tendre la main, afin de participer activement à ce “sauvetage humain” … Ces réactions de rejet sont insupportables ! La solidarité soit s’exercer sur tout le territoire et la répartition des migrants semble une solution équitable, juste pour l’ensemble des protagonistes. Messieurs les Elus, cessez vos discours misérabilistes, soyez exemplaires, montrez à vos concitoyens (et vos électeurs !) le chemin de la solidarité et non celui du repli sur soi … Rappelez-vous du Passé, de celui qui ne reluit pas … Merci.

    • ” + de 3000 migrants morts en mer en 2015/2016 ou en chemin avant d’échouer à Calais”

      phrase prêtant totalement à équivoque, ce n’est pas 3000 migrants morts en chemin avant d’échouer à Calais. C’est 3000 sur 1,8 millions arrivés en Europe; ces 1,8 millions ne se rendaient pas tous à Calais, loin s’en faut :-)). ce n’est pas du tout la même chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail