Les agriculteurs ont fait du foin à Orléans

Environ 300 agriculteurs de la région Centre-Val de Loire ont manifesté mercredi à Orléans dans une atmosphère tendue devant la Direction de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) à la cité Coligny, pour exiger des aides après les lourdes pertes des derniers mois causées par les intempéries.

agriculteur

Très déterminés, les agriculteurs ont menacé de scier les grilles du centre administratif si le directeur de la DRAAF ne venait pas dialoguer avec eux.

manif agriculteurs orléansAprès un face-à-face avec les forces de l’ordre qui ont aspergé à plusieurs reprises les manifestants à l’aide de bombes lacrymogènes pour les empêcher d’enfoncer les grilles, le directeur Jean-Roch Gaillet est finalement venu à la rencontre des agriculteurs.

“C’est une situation que l’on n’a jamais connue, même en 1976. Nous avons perdu l’équivalent de trois années de revenu. Et l’Etat veut encore nous ponctionner. Nous sommes en train de crever”, a dit le président régional de la Fédération régionale des exploitants agricoles (FRSEA), Eric Thirouin. “On se préoccupe d’Alstom, mais ici ce sont des milliers d’emplois qui sont menacés“, a-t-il encore lancé devant des manifestants exaspérés.

“Inadmissibles, lamentables et scandaleux”

manif agriculteurs orléansLes agriculteurs demandent notamment un dégrèvement total de la taxe foncière. M. Gaillet a promis des dégrèvements entre 35 et 60%, une annonce accueillie avec consternation par les manifestants.

“Ces chiffres sont inadmissibles, lamentables et scandaleux. Nous continuerons d’exiger un dégrèvement total et un report des échéances après la prochaine récolte”, a déclaré le représentant de la FRSEA. Les agriculteurs réclament également la création d’un fonds de garantie des banques pour obtenir des prêts leur permettant de passer les prochains mois.

agriculteursAvant de partir, les manifestants ont déversé plusieurs remorques d’oignons et de fumier devant les grilles de la cité administrative, et ont promis de revenir si leurs demandes n’étaient pas satisfaites.

Selon la FRSEA et les services de l’Etat, le montant des pertes s’élève à 1,2 milliard d’euros pour la région Centre-Val de Loire, l’une des plus éprouvées par les aléas climatiques de ces derniers mois, et notamment les inondations du mois de juin.

Afficher les commentaires