Le dalaï-lama en France : “Les différences nationalistes n’ont plus de sens”

Le XIVème dalaï Lama accomplit depuis lundi une visite  de cinq jours en France où il n’était pas venu depuis cinq ans. A 81 ans bien qu’affaibli par un cancer, ayant du mal  à marcher, souriant et affable, le leader spirituel tibétain  multiplie les  interventions  publiques. Mardi accompagné de Robert Badinter il s’est exprimé devant une assemblée d’avocats avant de retrouver la communauté tibétaine exilée en France.

dalai lama

Cependant pour ne pas déclencher les foudres de Pékin qui a redoublé  les pressions et que la diplomatie française tient à ménager, le président de la République, François Hollande, n’a pas ouvert  les portes de l’Elysée à ce grand défenseur des droits de l’homme et des libertés. Tenzin Gyato qui a fait de l’humour son arme favorite  s’est contenté d’affirmer plusieurs fois, « le président chinois souhaite faire des réformes mais il fait face à des résistances » avant d’ajouter qu’il plaide pour une plus grande liberté de la presse en Chine. Il ne regrette pas de ne pas serrer la main de notre chef d’Etat. « Les personnes sont plus importantes à mes yeux que les dirigeants. Si serrer la main d’un président me permettait d’accéder au Ciel, j’aurais été ravi de le faire. Mais ce n’est pas le cas, je pense », dit-il en riant.

“Les différences nationalistes n’ont plus de sens”

Ce matin, à l’invitation du groupe sénatorial d’information sur le Tibet, « sa sainteté » qu’accompagnait le moine Mattiheu Ricard s’est rendu  au palais du Luxembourg. Après avoir remercié les parlementaires pour leur soutien, le chef spirituel  tibétain a apporté son soutien au projet européen ébranlé par le referendum britannique du 23 juin. « L’esprit de l’Union européenne est un magnifique début qui devrait s’agrandir. Il devrait y avoir sur ce modèle une union africaine et peut-être même asiatique » a-t-il lancé à la vingtaine de sénateurs présents dont Jean-Pierre Sueur PS du Loiret. « Nous sommes tous sur cette planète bleue et les différences nationalistes n’ont plus de sens » a-t-il ajouté en faisant référence aux divers partis nationalistes européens “Nous appartenons à la grand famille humaine et c’est ce qui nous caractérise.”

Puis le dalaï Lama a remercié les parlementaires pour leur soutien et a prôné l’apaisement avec la Chine. « Quel que soit le passé, aujourd’hui nous ne revendiquons pas l’indépendance. Le XXIème siècle ne doit pas être le siècle de la force mais du dialogue. Le seul moyen d’y parvenir est de promouvoir l’éducation. Nous devons tous nous servir de notre intelligence, et en particulier les médias pour élever les esprits ».

Afficher les commentaires