Abdelkader Damani : « faire du Centre-Val de Loire une grande région d’architecture et d’art contemporain ! »

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

bandeau-art-contemporain

Le FRAC Centre

Depuis un an, il est le directeur du Frac Centre. Diplômé d’architecture, d’histoire de l’art et de philosophie, il dévoile les grandes lignes d’un ambitieux projet quinquennal de développement avec notamment la création de « La Biennale d’Architecture ».

frac Abdelkader Damani

Abdelkader Damani


Mag’Centre : quel bilan tirez-vous de cette première année de direction ?

frac Abdelkader Damani

A.D. :  j’ai découvert un établissement qui bénéficiait de la confiance de ses tutelles avec un vrai concours d’intelligence entre les Présidents de la région, de l’agglomération, du Conseil départemental, de l’Etat et du maire d’Orléans. C’est pourquoi notre budget n’a pas diminué. Mais c’est aussi un établissement où il fallait construire un vrai projet de développement : c’est un chantier exceptionnel où tout est à construire. C’est un défi extraordinaire pour un nouveau directeur. Nous voulons doubler sa fréquentation, atteindre les 40.000 visiteurs. Le Frac a réussi sa greffe sur Orléans et sa région, mais il faut encore le faire connaître.

Quel va être ce projet de développement ?

Nous préparons un projet pour les cinq prochaines années. Le public est en attente de renouveau, mais il fallait aussi rassurer le milieu professionnel sur notre ambition artistique qui reste la même avec une spécialisation dans l’architecture et l’art contemporains.

L’un des axes essentiel sera l’ouverture sur le territoire de la région Centre-Val de Loire. Ce sera l’objet de L’archipel du sensible : une série d’expositions dans la région, d’abord autour de l’axe ligérien dont le patrimoine des châteaux dialoguera avec l’art contemporain. Mais cela passera aussi par une action avec l’éducation nationale : je rêve d’installer une œuvre architecturale dans chacun des cent lycées régionaux.

frac

Et Archilab ?

Il y a évidemment une grande attente du public et des professionnels. L’ancien festival va devenir une vraie biennale d’architecture dont la première édition sera organisée en octobre 2017 avec pour titre « Marcher dans le rêve d’un autre ».

L’objectif est d’aborder les défis de l’architecture face aux grandes questions du monde contemporain. J’en assurerai le commissariat général avec l’architecte italien Luca Galofaro. Un commissaire associé est sollicité pour la partie africaine il s’agit de Ugochukwu-Smooth C. Nzewi, historien de l’art et commissaire d’exposition. Deux architectes seront les grands invités : Patrick Bouchain, dont nous recevons en donation l’ensemble de l’œuvre et l’architecte nigérian Demas Nwoko pour qui il n’y a pas encore eu de présentation des travaux en France et plus largement en Europe. Ce principe structure la Biennale d’Architecture. A l’occasion de chaque biennale, un architecte français et un architecte d’une autre géohistoire de l’art sont à l’honneur. Autour de ces figures tutélaires, trente autres architectes seront également présents ainsi que l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes, dont les étudiants travailleront sur un cas concret.

Le projet de réaménagement des anciennes vinaigreries à Orléans est retenu comme sujet d’étude. L’exposition durera six mois d’octobre 2017 à mars 2018 et s’installera aux Turbulences et, je l’espère, dans d’autres lieux de la ville d’Orléans ; des rencontres, des colloques, des workshops ponctueront l’édition.

L’art contemporain va-t-il trouver sa place dans ce projet ?

frac

Bien que consacré à l’architecture, le Frac est d’abord un fonds d’art contemporain. Le Frac doit donc trouver sa place.

À la demande du Président de Région, nous avons initié, au Frac Centre-Val de Loire, une série de rencontres avec les partenaires, des artistes et les acteurs de l’art contemporain dans la région : le CCC Olivier Debré à Tours, le Domaine de Chaumont-sur-Loire, l’École nationale supérieure d’art de Bourges. Nous allons rédiger un projet pour accueillir une série d’expositions, sans doute en 2018 et sans doute autour de l’art contemporain des mondes arabes – le sujet et la forme sont en cours de définition. Nous serons tête de pont de ce projet avec aussi les écoles d’art de Tours et d’Orléans, Transpalette à Bourges, les Tanneries à Amilly.

C’est la volonté du Président de région et notre engagement de faire du Centre-Val de Loire une grande région d’art contemporain. 

L’impact du Frac sur Orléans va-t-il être renforcé ?

frac Abdelkader Damani

Je l’ai dit la greffe à réussi. Mais nous cherchons à accentuer notre présence. Il y a une volonté du maire d’Orléans d’associer le Frac aux grands projets urbains qui vont émerger dans la ville. C’est une idée magnifique où nous pourrons apporter nos conseils, notre vision de l’architecture expérimentale. Orléans peut ainsi devenir une plateforme pour l’architecture expérimentale.

Nous voulons aussi renforcer notre offre dans le cadre de nos conférences de l’Université populaire qui comprendra désormais trois cycles : architecture, art contemporain et questions de sociétés. Mais nous réfléchissons également au moyen d’améliorer l’accessibilité des œuvres pour les publics en difficultés et les scolaires, peut-être à travers du mécénat avec des entreprises mais aussi et surtout avec les particuliers.

Le Frac a donc de l’avenir…

Plus que jamais. Je suis d’un tempérament enthousiaste et optimiste. Jamais autant de conditions n’ont été réunies avec un engagement unanime et convergent de tous nos partenaires et financeurs, de nos artistes, architectes et bien évidements de nos publics. C’est un gage d’avenir.

Un programme doctoral en architecture

frac

Jusqu’à présent le Frac était porté par une association. Désormais la structure relève d’un EPCC (Établissement Public de Coopération Culturelle) avec trois membres fondateurs : l’Etat, la Région et la Ville d’Orléans. Cette structure permet plus de souplesse de gestion pour l’équipe de 18 personnes installées dans les Turbulences qu’Abdelkader Damani veut faire vivre : il rêve d’un véritable espace public avec un restaurant ou une cafétéria, une librairie, des espaces de dialogues…

Mais le Frac abritera prochainement un programme doctoral en architecture pour  accueillir des étudiants en architecture engagés dans un cycle de recherche. Un projet d’abord porté par le préfet de Région, Nacer Meddah, avec les deux universités de la région – Orléans et Tours – et qui veut suppléer un  vrai manque : le Centre-Val de Loire  est une des rares régions sans école d’architecture.

FRAC Centre
88 rue du Colombier. 45000 Orléans
Tel : 02 38 62 52 00
www.frac-centre.fr

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail