Argenton-sur-Creuse: Michel Sapin a t-il perçu trop d’indemnités?

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Michel Sapin le ministre des Finances (et de l’Economie depuis le départ d’Emmanuel Macron) et ses adjoints ont-ils touché trop d’indemnités au nom de la commune d’Argenton-sur-Creuse?

Michel Sapin

Michel Sapin

 Le rapporteur public du tribunal administratif de Limoges, saisi par un élu de l’opposition, réclame le remboursement du trop perçu par les élus d’Argenton-sur-Creuse entre 2008 et 2014. Une somme estimée au total à environ 100.000 euros. Le tribunal administratif rendra sa décision sous 15 jours.

Ce trop perçu suposé de l’ancien président de la région Centre, correspond à une “prime” pour des élus d’une “commune touristique”… qui ne l’était plus…

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. “Prime pour des élus d’une commune touristique” ! On croit rêver devant l’ingéniosité des élus pour engranger un maximum de profits durant leur mandat ! Et tout est bon pour ça !
    Pour ma part, j’ai du mal à trouver la moindre justification à une telle prime. Quels efforts supplémentaires pour les élus quand une commune est classée “touristique” ? Et quels efforts en moins quand elle ne l’est plus ?
    Étonnant, non ?
    Apparemment, les élus en question ne s’en sont même pas rendus compte puisqu’ils ont continué à percevoir cette fameuse prime !

    • “Pan sur le bec”, dirait le Canard enchaîné ! Le principe de cette prime était parfaitement légal, instauré par un décret du 2 septembre 2008, signé par Hervé Novelli, alors Secrétaire d’Etat chargé du Commerce (…) et du Tourisme, modifiant le Code du Commerce.
      N’empêche qu’ils auraient pu se rendre compte que le statut de leur ville ne leur permettait plus de bénéficier de cette prime, laquelle pouvait se monter jusqu’à 25 % d’indemnités supplémentaires, merci Monsieur Novelli !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail