Philippe Apeloig, Chroniques graphiques

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Conférence Inaugurale de l’ESAD

par Philippe Apeloig designer graphique et typographe
isba-philippe-apeloig-dbf4aLe musée des Arts décoratifs à Paris consacrait au graphiste Philippe Apeloig la première exposition rétrospective en 2013. La même année, les édi­tions du musée ont publié un livre monographique « Typorama » qui présente un ensemble de projets aboutis accompagnés d’esquisses et de références révélant son processus de création.
 
Nourri des courants du modernisme qui associent art et design (le constructivisme, le Bauhaus, De Stijl), Philippe Apeloig puise son inspiration dans la passion qu’il cultive pour la peinture, les arts du spectacle et la littérature.
Né à Paris en 1962, Philippe Apeloig étudie à l’École supérieure des arts appliqués « Duperré » avant d’intégrer l’École nationale supérieure des arts décoratifs, Ensad. En 1983, il décroche un stage chez Total De­sign à Amsterdam, agence fondée en 1963 par Wim Crouwel, qui a profondément marqué l’environnement visuel des Pays-Bas.
Leur pratique du graphisme ouvre à Philippe Apeloig des perspectives inédites sur les usages contemporains et expérimentaux de la typographie. C’est aussi pour lui l’occasion de s’im­merger dans la rigueur d’un travail en agence, et de fréquenter le Stedelijk Museum où il découvre la pein­ture de Mondrian et de Malévitch. Ces expériences déterminantes viennent enrichir son univers culturel.
Pourquoi ce graphiste qui compte parmi les plus marquants de sa génération a accepté d’intervenir à la demande du Cercil-Musée Mémorial des enfants du Vel d’Hiv pour la conférence inaugurale des étudiants de l’Esad d’Orléans ?
L’extrait suivant des « Chroniques graphiques » écrites par Philippe Apeloig, dont nous annoncerons la publication en avant-première le mercredi 21 septembre, permet de comprendre entre autres comment une histoire familiale peut croiser un parcours professionnel.
 
« L’accent du yiddish porte la trace de l’exil. Il me faut chercher au plus profond de moi pour la trouver en sommeil. Enfant, je n’en disais pas un mot à mes camarades de classe, encore moins quand je me suis engagé dans des études artistiques où j’apprenais les canons et le raffinement des arts majeurs. Cette différence m’inspirait une sorte de gêne dans un lamento inexplicable, moi qui voulais ressembler à tout le monde.
Je n’imaginais pas que mes origines juives polonaises pourraient avoir leur place dans le design graphique puriste, moderniste et hautement respectable, tel que je me le représentais à l’époque, ignorant encore tout de Peretz Rosenbaum, plus connu sous le nom de Paul Rand »
Philippe Apeloig, (extrait de Chroniques graphiques, Édition T!nd, octobre 2016)
 
Mercredi 21 Septembre 2016, 14:30 – 15:30
CERCIL Musée – mémorial des enfants du Vel d’Hiv, 45 rue du Bourdon Blanc 45000 Orléans
02 38 42 03 91
 
 
apeloig
 
 
 
 
 
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail