Les questions sociales au menu du Département du Loiret

En préambule à l’assemblée plénière des 29 et 30 septembre, le Conseil départemental du Loiret a débattu de questions sociales : fraudes au RSA et complémentaire santé pour tous, notamment.

conseil départemental Loiret

“La fraude sociale devient un véritable fléau économique”, a déclaré Hugues Saury, président du Conseil départemental du Loiret, jeudi 29 septembre en matinée en ouverture de la session plénière rassemblant les 42 conseillers départementaux. En 2014 notamment, la fraude à la CPAM a représenté, au niveau national, 425 M€, et 125 M€ pour Pôle Emploi. Naturellement, lorsqu’on évoque les questions de “fraudes sociales”, on imagine systématiquement qu’elle est volontaire. Or ce n’est pas toujours le cas, comme le précise Viviane Jehannet (canton de Montargis, déléguée au logement et à l’insertion) : “Un dossier de demande de RSA se fait sur des déclarations, ensuite les services effectuent des recherches pour vérifier. Entre temps, le RSA est versé, et s’il y a un trop perçu, il est déjà dépensé par l’allocataire. C’est donc compliqué”. Le Département du Loiret a d’ailleurs à cet effet signé une convention avec Pôle Emploi visant à appréhender de manière globale l’accompagnement des demandeurs, et au 30 juin 507 situations personnelles ont été étudiées au regard de ce dispositif. Le taux de reprise d’activités est à ce jour de 38%.

Alexandrine Leclerc (canton d’Orléans 4, déléguée à l’enfance, personnes âgées et handicap) a brièvement évoqué la complémentaire santé pour tous, qui sera signée avec l’association Actiom mardi 4 octobre (nous y reviendrons le 4 octobre, jour de signature de la convention). “Dix niveaux seront proposés, avec un cahier des charges bien précis. L’offre est performante, les prix attractifs. Les mêmes avantages seront proposés quelle que soit la taille de la commune d’habitation et pourra réaliser individuellement entre 96 et 240 € d’économies par an”. L’objectif de ce “Loiret Santé” est de lutter contre le renoncement aux soins pour raison financière.

F.S.

 

 

 

Afficher les commentaires