Que cent fleurs s’épanouissent !

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

 

Gérard Hocmard
Par Gérard Hocmard 

L’enfer, comme disait jadis le dicton, est pavé de bonnes intentions. On ne peut que se réjouir du souci qu’a l’édile en chef de la Ville Lumière, comme ses homologues d’un peu partout, de vouloir réduire la pollution automobile…

Ce qui est plus troublant pour l’esprit est la conséquence directe et immédiate à prévoir de cette décision : les embouteillages générant particules et oxydes divers auxquels donnera lieu au niveau des quais la fermeture de la voie rapide sur berges, rendue aux fleurettes et aux piétons de Paris. La pensée magique, celle des petits enfants expérimentant l’ouverture automatique des portes, a, semble-t-il, encore de beaux jours devant elle.

paris seine berges

On n’a pas souvent noté qu’il suffisait d’un « fiat lux ! » pour que la lumière soit, même si la connectique permet désormais de l’envisager. Dans un premier temps, on compte sur « l’évaporation » des automobilistes dégoûtés et on verra ensuite à réfléchir à des solutions de transport en commun adaptées. Comme on dit en Italie « e il bordello, ma il bordell’ organisato ».

On nous annonce dans la (petite) foulée le projet d’un lieu en plein air permettant la pratique du naturisme afin de mieux accueillir les touristes du monde entier qui en sont adeptes et, sans doute, de mettre un peu de rose au milieu de la verdure, la pratique naturiste étant a priori d’usage plus courant dans l’hémisphère nord et plutôt vers l’ouest qu’ailleurs. Ce pourrait évidemment être un moyen de faire revenir ceux qu’auront rebutés les grèves de transports, les joyeux défilés de casseurs et autres amusements printaniers générateurs de chômage dans l’industrie du tourisme, et qui aspirent à venir exercer dans la capitale du pays des Droits de l’Homme celui de montrer leur anatomie à tous les passants.

Pour ce qui est du lieu, le Bois de Boulogne ou celui de Vincennes, qui en voient d’autres, paraissent tout indiqués. On ne pourra en tout cas pas dire qu’on ne s’occupe pas, à Paris, de mise en valeur du développement du râble.

Gérard Hocmard.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail