À la découverte de la Ligue 1

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites
loïc puyoPar Loïc Puyo

Je suis de retour dans les colonnes de Magcentre après une longue trêve. Peut-être ai-je manqué à certains ? En tout cas moi, c’est avec plaisir que je reprends cette chronique.

Avant de m’exprimer, j’avais envie de digérer la nouvelle aventure qui s’offre à moi. Ce n’est pas anodin et j’avais besoin d’un peu de recul pour la faire partager.

A 27 ans et demi, me voilà enfin en train de fouler une “pelouse” de Ligue 1, certes en plastique, mais pelouse quand même. Quand je pense que certains commencent à 16 ans !!! Oui mais comme le dit la chanson de Tonton David : “Chacun sa route, chacun son chemin, chacun son rêve, chacun son destin”. Je passe le message à mes voisins : je n’ai pas emprunté la route la plus directe mais me voilà enfin en Ligue 1 et mon rêve est devenu destin.

Mes vrais débuts, c’était le 14 août face à Lyon. Mes premières minutes dans l’élite. Un match soldé par une lourde défaite mais rempli de souvenirs à jamais gravés. Si on m’avait dit un jour que je parviendrais à dribbler un joueur aussi talentueux qu’Alexandre Lacazette ? c’est pourtant ce que je me suis permis de faire. Lui ne s’en souviendra pas, moi si !

loïc puyoCela fait maintenant trois mois que je suis dans la peau d’un joueur de Ligue 1.

Pour tout vous dire je vis toujours de la même manière. Mon rythme, mes habitudes ne changent pas. Mais c’est vrai que l’approche du “métier” a évolué. Les sollicitations sont plus nombreuses et bien sûr les attentes aussi. Ce qui change également, c’est le statut de notre équipe. L’an passé nous arrivions en favori du championnat. Là c’est dans la peau d’un promu que nous disputons nos matchs. C’est totalement différent.

Au final ça me rappelle exactement la saison où nous sommes montés en Ligue 2 avec l’USO. Tous les adversaires ou presque nous considéraient comme inférieurs. Malheureusement pour nous cette saison, le mois d’août n’a pas été aussi bon qu’en 2014. A l’époque on avait obtenu trois succès en quatre matchs avec Orléans !

Loïc Puyo à l'USO, en 2014

Loïc Puyo à l’USO, en 2014

Mais nous ne désespérons pas. Nous avons la qualité pour nous reprendre et atteindre l’objectif du maintien en fin de saison.

Personnellement en trois mois j’ai l’impression d’avoir déjà vécu l’expérience en accéléré : mon premier match contre Lyon, ensuite est venue la première titularisation, la joie d’un premier but face à Nantes, puis à nouveau le banc de touche et enfin dimanche dernier la déception d’apprendre que je n’étais pas dans le groupe.

Vous me direz que cela arrive à tous les joueurs de foot et ce à tous les niveaux mais je peux vous assurer que la saveur est différente en Ligue 1. J’ai l’impression que tout est décuplé. Sans doute est-ce dû à la couverture médiatique que le championnat engendre. Des caméras, des micros, des photographes, des journalistes… tout est épié. Et encore, moi je vis la chose au bas de l’ échelle. Je peux imaginer ce que vivent les vraies stars du foot !

J’ai aussi découvert la perversité des réseaux sociaux. J’ai créé mon compte Instagram (@lo.puyo ) cet été en l’ouvrant au public et j’ai pu ainsi mesurer l’intérêt voire “l’amour” que l’on pouvait me porter (j’exagère évidemment le terme) mais aussi la “haine”. Beaucoup de gens ont aimé mes photos, qu’elles concernent le foot ou bien ma vie en dehors des terrains, mais j’ai aussi reçu des commentaires assassins me disant que je n’avais rien à faire dans l’effectif de l’ASNL, tellement je suis mauvais !

capture-decran-2016-10-05-a-23-25-48

Alors même si j’ai parfaitement conscience que cela allait arriver, comme le dit le titre d’une émission de Marc Olivier Fogiel, “On ne peut pas plaire à tout le monde”, l’effet est quand même garanti. Et je ne parle même pas du forum de supporters dans lequel on trouve les plus beaux compliments et les pires vacheries à l’égard des joueurs, de l’entraîneur ou du club lui-même. Ça fait partie du job.

Quand on me dit qu’il n’y a que des bons côtés dans le fait d’être footballeur professionnel, je réponds oui… mais. Se faire insulter ou siffler à cause d’une passe en retrait ou d’un centre mal ajusté cela est parfois dur à encaisser. Et encore une fois je le répète, je suis loin d’être le joueur le plus exposé. Je pense à un joueur comme Cristiano Ronaldo qui fait sans doute partie des meilleurs de l’histoire et qui se fait siffler et haïr chez une grande partie des supporters adverses ou même des fan pro-Messi, ça laisse pantois. Et que dire d’Edison Cavani adulé un jour, assassiné le lendemain, comment fait-il pour tenir ce rythme ?

Internet a les inconvénients de ses avantages. La liberté d’expression et la vitesse de diffusion peuvent parfois causer beaucoup de dégâts. Certains ont sans doute été fortement touchés par des commentaires, voire même blessés et ces réseaux sociaux y sont pour beaucoup.

Ça ne m’empêchera pas de continuer à publier des photos et des commentaires car cela apporte aussi du plaisir et de la fierté quand on voit tous les messages positifs d’encouragement et de soutien. Au final c’est ce que je retiens. La saison est encore longue et j’aurai sans doute d’autres anecdotes à raconter durant mon aventure en Ligue 1 qui ne fait que commencer, surtout que le 15 octobre nous recevons à Marcel Picot un certain… PSG.

En attendant, je vais poser le stylo car nous allons bientôt atterrir à Lille pour notre grand match de demain dans un stade magnifique. Là-aussi, quelle chance de pouvoir évoluer dans de telles arènes. Je veux profiter de cette opportunité le plus longtemps. Je continue bien sûr de suivre les résultats de l’USO. Malgré les résultats en dents de scie, le potentiel est là et je suis sûr que le maintien sera atteint très aisément cette année.

Quant à moi je vais tout faire pour me battre et m’imposer à nouveau dans mon équipe… il faut pour cela que je retourne au chardon, oh pardon, au charbon !

Loïc Puyo.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Merci Loïc pour votre chronique et revenez nous voir quand vous voulez. Peut-être commenterz-vous les prochains matchs de l’équipe de France ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail