L’Agence européenne de gardes-frontières activée

Frontex a vécu, l’Agence européenne de gardes-frontières a vu le jour: elle a été officiellement activée, aujourd’hui jeudi, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie. Cette mise en place est qualifiée d’«historique» par les responsables européens, qui en espèrent un triple résultat : sauver l’espace sans passeport de Schengen, restaurer un semblant de cohésion entre les Etats membres de l’Union européenne et contrôler plus efficacement ses frontières extérieures.

frontiereCe nouveau corps européen dont le siège est installé à Varsovie disposera d’un effectif permanent d’un millier de gardes-frontières. Il pourra faire appel rapidement à une réserve de 1500 gardes-nationaux ainsi qu’à des équipements techniques que les Etats membres auront l’obligation de mettre à sa disposition à partir du mois de décembre 2016.La nouvelle agence pourra également se doter de son propre matériel alors que Frontex devait adresser ses demandes aux états membres pas toujours disposés à y répondre.

Des missions élargies 

La nouvelle agence devra maintenir une veille sur la situation aux frontières extérieures de l’UE et détachera des agents de liaison dans les états membres où les frontières sont sous pression. Elle jouera un rôle accru dans la prévention de la criminalité transfrontalière et dans les opérations de renvoi dans leur pays d’origine des migrants en situation irrégulière. Il est cependant peu probable qu’elle parviennent à endiguer le flot migratoire trans-méditerranéen.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail