Arnaud Roi et le club des Cinq

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Dans le cadre du Festival de Travers, l’association organisatrice ABCD a confié à l’auteur-compositeur-interprète Arnaud Roi le soin de mettre en scène la soirée du Festival de Travers en Salle, intitulée “Cinq”, qui regroupera dans une seul spectacle cinq interprètes solistes avec Imbert-Imbert, Nicolas Jules, Chloé Lacan, Valérian Renault et Guilhem Valayé  .

Rencontre avec Arnaud Roi:

MC Arnaud peux tu nous expliquer les raisons de cette soirée “Travers en salle” ?

Arnaud RoiAR Pour moi le Festival de Travers, ça a toujours été un festival de chansons francophones. Depuis dix ou douze ans, Pierre Perrault et l’association ABCD ont construit parallèlement à la fête de la place Saint Aignan, un festival voué à la chanson francophone à l’échelle de l’agglo d’Orléans. Pierre et Sylvette entourés d’une équipe de bénévoles y passent un temps infini, ils courent les festivals en France à chercher des artistes, et puis le changement de direction du Festival de Travers a fait que j’ai eu un peu peur que ce festival qui est maintenant connu,  reconnu et attendu tombe à l’eau.
On n’avait plus les moyens ni la disponibilité pour continuer à l’échelle de l’agglo, alors je me suis dit envisageons cette année comme une année de transition, mais ne perdons pas l’idée que ce festival continue. Et comme on avait un partenariat avec le théâtre, pourquoi ne pas regrouper des musiciens sur un même plateau et finalement ne faire que deux concerts cette année, un concert jeune public à Saint Jean de la Ruelle, et un concert qui réunirait des figures de la chanson francophone, qu’on appelle aussi “la nouvelle scène”, qui ont tous la particularité de ne pas être hyper médiatisés mais qui tournent beaucoup et qui remplissent des salles. Depuis plusieurs années, je les suis  beaucoup, et j’ai fait une sélection, pourquoi pas ces cinq là qui sont particulièrement représentatifs…
Ce qui m’intéressait surtout en prévision d’une suite du Festival qui continuera peut-être sous d’autres formes, c’est qu’ils soient tous auteurs compositeurs interprètes s’accompagnant d’un instrument, on a trois guitaristes, un contrebassiste, et une accordéoniste. Pour moi c’est un gage de qualité, c’est des artistes qui mettent un soin particulier à leur texte, un soin particulier à la composition de leur musique, et d’être les meilleurs serviteurs de leur propre création !

MC Et pourquoi ces cinq là ?

AR Pour le coup c’est un choix personnel, je suis moi-même compositeur et interprète et pour moi c’est des gens qui me parlent particulièrement bien,  c’est la matière elle même de leur travail qui m’intéresse, c’est le soin qui est porté à l’écriture et à la musique, et l’originalité de leur interprétation.

MC Et ce sont uniquement cinq solistes?

AR Oui ce sont des solistes ou en petite formation, aujourd’hui les conditions économiques ne permettent plus d’avoir dix musiciens pour accompagner les chanteurs, ce qui fait que la plus part des musiciens s’ils veulent continuer à tourner et à chanter, c’est en petite formation seul à deux ou à trois. Là ils sont tous sur un pied d’égalité, et ce qui était intéressant c’est que tous ces gens là se connaissent, ils ont fréquenté les mêmes festivals, ils ont souvent fait des premières parties des uns ou des autres et je me suis aperçu en creusant un peu que, même s’ils étaient seuls, ils avaient un bonne connaissance du répertoire des uns et des autres, et ça ça m’a beaucoup plu parce que ça entre complètement dans notre projet. Mettre cinq solistes ensemble  aurait pu être un exercice périlleux, mais ça ne s’est pas du tout passé comme ça puisqu’ils se connaissaient d’avance ! Tout ça s’est fait presque naturellement…

MC Comment as-tu construit le programme de cette soirée ?

AR Le programme a été construit dans un esprit de totale liberté, le programme doit comporter une trentaine de chansons pour deux heures de spectacle alors je leur ai dit si vous n’aviez que quatre ou cinq chansons lesquelles chanteriez-vous ? et avec la connaissance qu’ils avaient des uns et des autres, le “chemin de fer” s’est fait de façon naturelle et logique, il n’y a pas eu difficulté, c’était une évidence qu’une chanson amène une autre chanson. Il ne faut pas oublier qu’ils ont tous un répertoire riche pour certains de plus de vingt ans de carrière. Ils avaient le souci de proposer quelques chansons phares de leur répertoire mais aussi des nouveautés parce qu’ils ont tous des albums en route. Finalement c’est eux qui ont fait le travail…

MC Et la mise en scène ?

AR Pour la mise en scène j’ai surtout travaillé avec les techniciens du théâtre sur un éclairage plutôt soigné, ils seront tous tout le temps sur scène, il n’y aura pas d’entrée et de sortie, la chanson à texte n’a pas besoin d’être alourdie par trop de scénographie, c’est des gens qui ont un diction parfaite,  on comprend les paroles, on est là pour écouter des histoires mises en musique, on va essayer de créer une atmosphère malgré tout intimiste sur la grande scène du théâtre.

Ce ne sera pas un tour de chant classique parce qu’il y aura des solos bien sûr mais aussi des duos, des trios et même des chœurs, ils pourront accompagner le solo d’un autre, ce sera l’originalité vraiment de ce spectacle à Cinq qui est une véritable création et qui n’a pas vraiment d’équivalent dans la chanson.

MC Et en guise de conclusion avant la soirée de samedi ?

AR Ce qui m’a plu dans ce projet c’est que les cinq sont vraiment représentatifs  de ce que j’attends de la chanson, de ce qui m’intéresse dans la chanson, et je crois que là on peut citer Boris Vian par rapport au rôle social de la chanson, aux besoins que la chanson crée, au réconfort que la chanson apporte, la chanson c’est tout sauf clivant, la musique rassemble et elle est le témoin privilégié de ce qui se passe dans le monde, qu’on chante une histoire d’amour, qu’on chante une révolte sociétale, qu’on chante une chanson amusante pour se distraire, chacun dans son propre répertoire se balade avec une “aimable aisance”, de la chanson de révolte à la chanson d’amour la plus poignante avec la même énergie et la même conviction.

Propos recueillis par GP le 9 octobre 2016

“Cinq”

Création ABCD en partenariat avec la Scène nationale d’Orléans et Loges Production

Auteurs, compositeurs, interprètes Imbert-Imbert, Nicolas Jules, Chloé Lacan, Valérian Renault, Guilhem Valayé
Conception, mise en scène Arnaud Roi pour ABCD

Samedi 15 octobre 20h30 –

Théâtre d’Orléans boulevard Pierre Ségelle Salle Touchard
Renseignements et location 02.38.62.75.30

http://www.scenenationaledorleans.fr/

 

cinq

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. C’était tout simplement fabuleux, belle musique, textes comme on n’en entend plus guère, humour et complicité entre les cinq.
    Bravo au Festival de Travers, à Arnaud Roi, à la Scène Nationale…
    Dommage que la salle n’était remplie qu’à moitié…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail