Bob Dylan : un prix Nobel de littérature inattendu

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

C’est la saison des Nobel et, depuis quelques temps  des noms circulaient pour le prix Nobel de littérature 2016. Pas celui de Bob Dylan à qui l’académie suédoise l’a attribué. Après avoir rendu public son choix elle l’a justifié : ce chanteur américain « a créé dans le cadre de la grande tradition de la musique américaine de nouveaux modes d’expression poétiques », a-t-elle dit. Cet Américain qui succède à la Biélorusse Svetlana Alexievitch est le premier musicien à être  distingué par  la célèbre académie depuis sa création en 1901.

Bob Dylan

Bob Dylan

Une surprise certes, mais depuis des années le nom de Bob Dylan revenait comme une possibilité mais les freins de la tradition  et l’idée que l’on se fait de la littérature interdisaient de penser que les Nobel franchiraient le pas. Sara Danius, la secrétaire générale de l’Académie, a expliqué à la télévision publique SVT que « Dylan écrit une poésie pour l’oreille. Il s’inscrit dans une longue tradition qui remonte à William Blake (célèbre poète anglais mort en 1827). Il est extrêmement doué pour la rime. C’est un sampleur  (échantillonneur ) littéraire qui convoque la grande tradition et peut marier de façon absolument novatrice des musiques de genres différents, des textes de genres différents ». Les membres de l’académie ont, selon elle, manifesté « une grande cohésion » dans ce choix. Il est également possible que les Nobel, mesurant la place que la chanson a prise dans le monde contemporain se soient souvenus que les premiers poètes étaient des aèdes, artistes chantant des épopées en s’accompagnant d’un instrument de musique, le plus célèbre d’entre eux n’étant rien moins qu’Homère.

Par ce choix les Nobel ont encore écarté l’Afrique de leur palmarès  puisqu’ils n’ont pas retenu le Kényan Ngugui wa Thiong’o qui écrit dans sa langue maternelle et dont le nom revenait en boucle  comme une éventualité en même temps que ceux de Philippe Roth, Joyce Carol Oates et Don De Lillo. Le prix décerné à Bob Dylan marque aussi le retour d’un Américain  dans la liste des lauréats ce qui n’était pas arrivé depuis 1993 avec le couronnement de Toni Morrison.

Dylan, symbole de l’Amérique

bob_dylan_-_azkena_rock_festival_2010_1Petit-fils d’immigrants russes juifs, Robert Alleen  Zimmerman nait  à Duluth (Minnesota) le 24 mai 1941 et grandit dans une famille de la classe moyenne. Fan d’Elvis Presley et de Jerry Lee Lewis, il forme son propre groupe en 1959 alors qu’il est étudiant à l’université de Minneapolis et qu’il vient de découvrir les pionniers du blues, du country et du folk. En 1961, il abandonne ses études et déménage à New-York, fréquente  les musiciens de Greenwich Village et  devient à la scène Bob Dylan,  également titre de son premier album qui, sorti en 1962, est un fiasco. Mais il est reconnu un an plus tard avec  « The Freewheelin’Bob Dylan » et ses deux titres folk de protestation, « Blowin’in the Wind », chanson pacifiste qui sera un hymne des années 60 contre la guerre au Vietnam. En 1963, il participe à la marche sur Washington aux côtés de Martin Luther King.

A partir de la fin des années 1960, il se détache de plus en plus des fans de folk et des milieux de gauche, refusant d’être l’étendard des contestations et des luttes de l’époque. Depuis les années 80, son extraordinaire créativité s emble s’être tarie, mais il continue à parcourir la route   sans toujours  convaincre.

Dylan symbolise  l’histoire récente  de l’Amérique, celle de la deuxième moitié du XXème siècle. Dans son œuvre, il allie la poésie surréaliste de la beat generation, l’austérité militante du folk, la complainte du blues, l’énergie du rock et la chronique de la vie quotidienne inhérente à la country.  Le chanteur- poète- compositeur qui a produit son 37 ème album  « Fallen Angels » en mars est revenu sur son œuvre à l’occasion d’une remise de trophées en 2015 : «  Mes chansons ne sont pas apparues par magie, je ne les ai pas fabriquées à  partir de rien. J’ai appris à écrire des paroles en écoutant des chansons folk. Et je les ai jouées, je n’ai rien chanté d’autre que des folk songs, et elles m’ont ouvert le code pour tout ce qui est de bonne chasse, tout ce qui appartient à tout le monde » a-t-il déclaré

F.C.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail