Région: les travailleurs détachés placés sous haute surveillance

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Cerise sur le gâteau régional, au terme d’une la session d’automne constructive et consensuelle, la seconde journée de vendredi s’est achevée par un rapport voté à l’unanimité de l’assemblée, Front national compris, sur les travailleurs détachés. Il s’agit de limiter le recours par les entreprises régionales aux travailleurs détachés afin de favoriser l’emploi local, alors que le chômage continue de flamber.

chantier  travaux construction

Comment? Les règles de la libre concurrence en Europe empêchant une pratique affichée de la préférence nationale ou régionale, les conditions mises dans les appels d’offres multiplient les barrière contre l’emploi  de ces travailleurs. Par exemple, l’entreprise qui soumissionne devra déclarer “préalablement” le recours à des travailleurs détachés. La région impose aussi la présence d’un interprète sur les chantiers. 

En France, on estime que 285 000 salariés ont été déclarés comme tels en 2015, un chiffre en augmentation de 25% par rapport à 2014. En région Centre ils sont estimés à 12 619. 

L’emploi de ces travailleurs, souvent venus des pays de l’Europe de l’est, Pologne, Roumanie, Slovénie, mais aussi du sud, Espagne, Portugal, est courant dans les entreprises du BTP. “Nous constations des appels d’offre à des prix relativement bas” a indiqué Marc Gricourt. Et pour cause, si les salaires doivent être les mêmes que ceux du pays d’accueil, les charges sociales appliquées sont celles du pays d’origine.

Dumping social

 Distorsion de concurrence, dumping social, Manuel Valls estime  que la règle fixée par la directive européenne doit être modifiée. “Notre région entend tout mettre en oeuvre pour limiter autant que possible le recours des entreprises aux travailleurs détachés. En appui à l’aciton du gouvernement auprès des instances européennes, nous entendons lancer un grand plan régional…en fédérant l’ensemble des acteurs économiques et l’ensemble des collectivités locales autour de la priorité donnée à la lutte contre le chômage” a indiqué le vice-président du Centre-Val de Loire, Marc Gricourt. Déjà le département du Loiret et agglomération d’Orléans s’y associent. L’objectif est clairement d’embaucher des salariés régionaux et locaux, plutôt que des travailleurs détachés venus de pays étrangers.

“Nous apportons une réponse concrête à l’angoisse légitime des entreprises et des citoyens” a commenté Guillaume Peltier dont le groupe d’opposition (UDC) a voté le rapport présenté par la majorité socialiste-écologiste du président Bonneau, malgré un amendement refusé. “Nous envoyons un message clair” commentait en point presse François Bonneau, “la région veut le respect de la réglementation”, ajoutait le Président de région qui se félicitait de la “convergence” sur ce point avec l’opposition.

Patriotisme économique

Ce “patriotisme” économique puisqu’il faut bien appeler un chat un chat, était un cheval de bataille de la liste Vigier–Peltier lors de la campagne des régionales il y a un an. “Ces pratiques sont préjudiciables aux salariés et aux entreprises” a souligné Christian Dumas (PS).

 “C’est souvent un effet d’aubaine pour les entreprises qui importent des salariés” a estimé pour sa part Jean-Philippe Grand (EELV). “La France a choisi d’aller bien au delà des règles européennes” s’est-il félicité.  D’accord avec la gauche et la droite sur cette mesure qui limite l’arrivée d’étrangers travailleurs sur le territoire, le Front national par la voix de Daniel Fraczak s’est exclamé, “que de temps perdu!“. Le FN, qui estime que le plus efficace serait l’abrogation de cette directive européenne autorisant le travail détaché, tout en qualifiant “cette charte” de très largement insuffisante”, a néanmoins voté la mesure. Pour le PS, le président du groupe Jean-Patrick Gille s’est dit favorable à la “révision de la directive” pour une convergence “des droits sociaux dans l’Union européenne”. 

Reste maintenant aux inspecteurs du travail à vérifier que cette charte des travailleurs détachés est bien appliquée. C’est là que le bât blesse, car la région comme les autres en manque cruellement.

Ch.B

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Quelle bande de “Tartuffe” .Comme si ces travailleurs avaient choisis leur statut de “détachés” . l’Europe a ré-inventé l’esclavage moderne façon démocratie athénienne . Ces politiques libéraux (PS , LR et F-haine ) votent les lois scélérates qui créaient ces travailleurs asservis et n’assument pas leur choix de société ainsi que leur responsabilité sociale ? Et ce n’est pas fini quand on voit le débat à droite “plus réacs tu meurs”… et la loi El Khomery qui est une amorce de déréglementation totale du monde du travail … bon courage aux travailleurs “détachés” ou pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail