Les (dernières) orientations budgétaires de Maurice Leroy

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

La session d’orientations budgétaires (les « OB » dans le jargon territorial) s’est déroulée de manière assez consensuelle lundi 17 octobre dernier au Conseil départemental de Loir-et-Cher. Maurice Leroy, face à la baisse constante de la dotation globale de fonctionnement (-440 M€), évoque « l’asphyxie programmée » des départements. Un « Plan d’actions » de quatre engagements a été voté à l’unanimité.

(c) N. Derré, CD 41.

(c) N. Derré, CD 41.

Certes, le rose dominait dans la salle Kléber-Loustau – les 30 conseillers départementaux arboraient un signe de cette couleur pour signifier leur soutien à l’opération « octobre rose », mais les élus  faisaient grise mine. Maurice Leroy, président du Conseil départemental de Loir-et-Cher en tête. « De l’air ! C’est ce que réclament à corps et à cris les Départements français asphyxiés par des dépenses de solidarités en hausse continuelle et des moyens financiers plu réduits » a-t-il déclaré dans son discours de politique générale, et d’orientations budgétaires du Département. « Parents pauvres de la lasagne territoriale, les Départements se voient ponctionnés de nouveau de 440 M€ ! ». En cause : la diminution de 22,15 % de la Dotation de compensation de la taxe professionnelle. Pour le Loir-et-Cher, cela représente 1,4 M€. Selon M. Leroy, « Ce sont les communes qui bénéficieront de ce transfert net de ressources », une promesse faite par le Président de la République au Congrès des maires, « avec l’argent des contribuables des départements ! ». Une motion de l’ADF (Assemblée des Départements de France) votée en congrès national le 6 octobre dernier, a été reprise par Maurice Leroy le 17 octobre devant les élus départementaux dénonçant ce qu’il n’hésite pas à nommer un « scandaleux hold-up ». Le Département peut néanmoins se satisfaire d’une capacité de désendettement inférieure à la moyenne nationale (4,2 ans pour le 41 ; 5,9 moyenne nationale), et la dette par habitant est de 323 € pour une moyenne en région Centre-Val de Loire de 417 € (544 € moyenne nationale).

Application smartphone  « Le bon job 41 »

Conseil départemental Loir-et-CherLe Loir-et-Cher a donc décidé de « rester combatif malgré l’asphyxie ». En serrant les boulons, et en essayant d’anticiper, autant que possible, grâce au lancement d’un « Loir&Cher 2021, Plan d’actions ». Émanation de la récente démarche prospective « Loir&Cher 2020 », le Plan d’actions sera articulé autour de quatre axes : l’innovation pour un nouveau contrat social ; la défense de la ruralité ; l’investissement pour le Loir-et-Cher ; la simplification du quotidien des habitants. Bras armé de ce Plan d’actions : les 50 M€ d’investissements par an votés dès cette année. Concrètement – par exemple et sans être exhaustif – le lancement d’une application smartphone « Le bon job 41 », pour géo-localier les offres d’emploi et offrir une cv-thèque aux demandeurs d’emplois et potentiels employeurs ; la signature d’un contrat d’engagements réciproques entre bénéficiaires du RSA et le Département ; le développement de solutions d’hébergement hors établissements pour les personnes âgées (« Ehpad à domicile »), etc.

La der des der pour “Momo” ?

Maurice Leroy

(c) N. Derré, CD 41.

Étaient-ce les dernières orientations budgétaires en vue du budget 2017 pour Maurice Leroy ? L’entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats, fin mars 2017, va en effet l’obliger à choisir entre son mandat exécutif de président du Département ou celui de député de la 3e circonscription de Loir-et-Cher (Vendôme). L’élu du Perche-Vendômois, soutient inconditionnel de Nicolas Sarkozy dans la primaire de la droite et du centre, devrait selon toute vraisemblance adouber son 1er vice-président Nicolas Perruchot (L.R) ancien député, ancien conseiller régional et ex-maire de Blois, dans le fauteuil de président. D’ici là, le dimanche 27 novembre et le résultat définitif de la primaire sera passé par là ; Maurice Leroy pourrait bien avoir à faire face à d’autres dilemmes, en complément de ceux consistant à « serrer les boulons » dans la gestion du Département de Loir-et-Cher. Citant René Char à la fin de son discours, « Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière », la méditation du soir de la primaire pourrait bien venir de Bertolt Brecht : « Malheur aux peuples qui ont besoin de héros »

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail