Sologne : Bruno Le Maire fait les yeux de biche aux chasseurs

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

L’ex ministre de l’Agriculture et candidat à la primaire de la droite et du centre était en visite au domaine du Ciran à Ménestreau-en-Villette (Loiret) pour rencontrer les chasseurs de la région Centre-Val de Loire.

Bruno Le Maire en campagne à la campagne, au plus près des cervidés.

Bruno Le Maire en campagne à la campagne, au plus près des cervidés.

Bruno Le Maire est-il « l’homme qui murmure à l’oreille des cerfs » ? En visitant le domaine de Ciran, Conservatoire de la Faune Sauvage de Sologne, le candidat à la primaire de la droite et du centre a fait une courte promenade près du parc aux cerfs et biches, qu’il a visiblement appréciée. Quelques minutes auparavant, il avait réuni autour d’une table le vice-président de la Fédération régionale Alain Machenin et des représentants des chasseurs, ainsi que des élus locaux dont le maire-adjoint d’Orléans et conseiller départemental Olivier Geffroy, et le député Claude de Ganay.

Dégâts du gros gibier

Au domaine de Ciran, la table ronde sur la chasse et la forêt.

Au domaine du Ciran, la table ronde sur la chasse et la forêt.

La chasse, en région Centre-Val de Loire, c’est du sérieux : 142 M€ de retombées économiques en 2015 (3,5 milliards d’euros dans toute la France). Mais la chasse, est aussi une activité en crise : difficultés à attirer une nouvelle génération de jeunes chasseurs, opposants à la chasse le dimanche qui se font de plus en plus entendre, dégâts causés par le gros gibier – particulièrement le sanglier.  Et comme si cela ne suffisait pas, l’Agence Française pour la Biodiversité qui suscite déjà l’hostilité dans les rangs des chasseurs, avant même sa création effective le 1er janvier prochain (1). « Elle prend un mauvais chemin, on sent qu’il y a une hostilité à la chasse au ministère de l’Environnement », souffle Alain Machenin. Bruno Le Maire, qui est avant tout venu brosser les chasseurs solognots dans le sens du poil, estime que « s’il y a bien une manière de protéger la biodiversité, c’est de favoriser l’activité chasse. L’opposition systématique des uns contre les autres est absurde, ces guerres de tranchées bloquent le pays. Si l’on met à la tête de cette Agence de la Biodiversité un farouche opposant aux chasseurs (Christophe Aubel, ancien directeur de la ligue « Roc », Rassemblement des opposants à la chasse, Ndlr), ça sent la provocation ».  Les Fédérations de chasseurs doivent pourtant faire face à de gros problèmes financiers, en plus de la baisse de recettes liées au manque de renouvellement des chasseurs. « Les dégâts causés par le gros gibier nous obligent à devoir collecter entre 800.000 à 1,2 M€ chaque année », estime Alain Machenin, avant de remettre à l’ancien ministre de l’Agriculture un Livre blanc de la Chasse. Des dégâts qui ne concernent pas uniquement les champs cultivés, mais aussi les forêts.

La chasse… aux promesses

bruno-le-maire-3« La chasse fait partie de notre culture », a ajouté Bruno Le Maire, « vous le savez, je n’ai pas mes convictions dans ma poche. Concernant la forêt, nous avons en France les ressources forestières les plus importantes d’Europe, c’est une chance pour le pays, et c’est une chance pour le territoire comme le vôtre ». Premier candidat de la primaire de la droite et du centre à venir visiter officiellement les chasseurs, Bruno Le Maire a déroulé devant le petit aréopage cynégétique, des éléments de son programme, « si je suis élu » a-t-il pris soin de préciser. « Je souhaite que nous réinvestissions les territoires ruraux, en favorisant le Très haut débit Internet, en faisant de l’accès aux soins une priorité absolue, et en réalisant un certain nombre d’infrastructures routières et ferroviaires. La France de demain est celle qui inclut les territoires ruraux ». Parmi les élus présents autour de la table, l’un d’eux a fait part de la grande difficulté à « faire des prévisions, avec – 35 % de dotations et une avalanche de textes qui sont tombés ; on ne sait pas de quoi demain sera fait ! » Le candidat Le Maire, qui en était à son 457e déplacement depuis 2013, promet de « baisser les dépenses notamment en donnant la liberté aux élus locaux de revenir s’ils le souhaitent sur les rythmes scolaires, coûteux pour beaucoup ». Et de « supprimer progressivement le statut de la fonction publique territoriale pour le remplacer par des agents au statut privé. Ainsi vous serez libres de recruter qui vous voulez au salaire que vous voulez et que vous pouvez ». La chasse aux promesses est ouverte…

F.Sabourin.

(1) Cette agence, dans les tuyaux depuis le Grenelle de l’environnement en 2007, a été remise au goût du jour lors de la première conférence environnementale du quinquennat de François Hollande en 2012. Prévue initialement fin 2013, elle est finalement créée en février dernier, et entrera véritablement en action le 1er janvier 2017. L’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) n’intègrera pas l’Agence française pour la biodiversité, ce qui rendra difficile le dialogue déjà tendu entre la chasse et l’écologie.

—————————————————————————

…Puis tire à vue contre ses concurrents

Après sa « partie de chasse » en Sologne, Bruno Le Maire s’est plu en fin de journée à tirer à vue sur ses adversaires de la primaire. Après son « raté » du débat sur TF1, où il était apparu timoré et emprunté, lui qui devait renverser la table de la droite et du centre, l’ancien ministre de l’agriculture a fendu l’armure dans la banlieue sud d’Orléans.

A Saint-Jean-le-Blanc devant le cercle des sympathisants.

A Saint-Jean-le-Blanc devant le cercle des sympathisants.

Au milieu d’un cercle presque intime de 300 sympathisants, il s’est « lâché » contre Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon : « en 2007, la droite a raté son rendez-vous avec les Français…Les impôts ont augmenté, les déficits se sont creusés entre 2007 et 20012 » a-t-il lancé. En rappelant la phrase de François Fillon sur « l’Etat en faillite », Bruno Le Maire a ensuite souligné, « les 600 milliards de plus de dette en 2012 », à l’actif de cette droite qui revient en disant, « on fera mieux la prochaine fois… Ils ne méritent plus votre confiance ». Quant à Alain Juppé, il en a pris aussi pour son grade : « le rôle de la droite en 2017, ce n’est pas d’ouvrir grands les bras aux électeurs de gauche ».

Olivier Carré au premier rang

Tirs nourris contre ses concurrents de droite.

Tirs nourris contre ses concurrents de droite.

Parlant debout, en chemise et sans cravate, Bruno Le Maire s’est exprimé devant ses soutiens régionaux, au premier rang desquels Olivier Carré le député-maire d’Orléans, son conseiller économique, et trois autres parlementaires, Claude de Ganay, député du Loiret, Laure de la Raudière député d’Eure-et-Loir et  Gérard Cornu, sénateur d’Eure-et-Loir, à qui il doit, a-t-il révélé, sa candidature.

« N’ayons pas en 2017, une élection par défaut…Faites preuve d’audace, soyez libre, infiniment libre… » a t-il lancé en fin de réunion, en votant Bruno Le Maire, cela va sans dire.

Prochain rendez-vous jeudi soir sur France 2 dans la nouvelle émission politique de David Pujadas et Léa Salamé. Si le député de l’Eure poursuit sur sa lancée de Saint-Jean-le-Blanc, il pourrait bien être saignant lors du deuxième débat télévisé.

Ch.B

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Qu’y avait-il dans le seau visible derrière le candidat Bruno Le Maire, sur la première photo ?
    Si c’est comme cela qu’il attire les électeurs, avec quelques carottes ou pommes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail