La quête de parrainages de Rama Yade en Loir-et-Cher

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

L’ex secrétaire d’État aux Affaires étrangères (2007-2009) Rama Yade est candidate à l’élection présidentielle. A ce sujet, elle recherche les précieux parrainages nécessaires à sa candidature. Il lui en manque environ 250, en trouvera-t-elle une partie en Loir-et-Cher ?

189846_160233224034753_2036296_nDifficile parfois de les obtenir, certains élus, prêts à soutenir sa candidature, disent avoir reçu des “pressions” et “menaces aux subventions” venues d’en haut. Elle en espère quand même 5 (l’objectif loir-et-chérien), c’est en tout cas ce qu’elle est venue faire depuis hier et jusqu’à ce soir (mardi 25 octobre), en enchaînant les rendez-vous à l’invitation de Christelle Ferré, conseillère municipale de Blois et porte-parole départementale de La France qui ose, le mouvement de Rama Yade. Cette dernière vise en particulier les jeunes, les femmes, les chefs d’entreprises, les habitants des quartiers populaires, les élus des petites communes qui se sentent un peu oubliés, ce qu’elle nomme “la ruralité maltraité”. Se posant en “renouveau du centre”, Rama Yade fait en effet figure d’une autre voie que celle de l’UDI, actuellement tiraillée dans la primaire de la droite et du centre, entre sarkozistes pour les uns (rares), et juppéistes pour les autres (plus nombreux), ce qui laissera forcément des traces.

“Qui ose gagne” dit le mantra des parachutistes coloniaux. Rama Yade aimerait bien…

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bref elle recherche les “grands électeurs”, pour sauver la France. Avec qui et avec quels moyens ?. En tout cas, non sans une casserolle de domiciliation lors d’une élection où elle a été candidate, ni le souvenir de son échec à prendre la tête du Parti radical et plusieurs condamnations pénales, notamment pour diffamation.
    Pas besoin de pressions sur les “élus de la ruralité” pour qu’ils hésitent à lui accorder leur parrainage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail