“Moi, Daniel Blake”: le cinéma du cœur

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

daniel blake

Ken Loach qui, à 80 ans et après “Jimmy’s Hall”, voulait arrêter de réaliser des films, nous offre avec ce “Moi Daniel Blake” un film fort, très fort, non pas simplement par sa dénonciation de la situation sociale de l’Angleterre aujourd’hui, mais surtout par l’extrême acuité de son analyse des comportements humains que génère cette misère sociale. Car si l’homme a la particularité d’être la seule espèce animale capable de tuer ses congénères, c’est aussi la seule espèce, à de rares exceptions prés, capable de développer une relation sociale altruiste avec d’autres humains proches ou inconnus. Cet altruisme humain, Ken Loach en fait la valeur absolue de la relation sociale, source de toutes solidarités, parsemant son film de situations, même parfois en arrière plan, qui illustrent ce propre de l’humain et que le système social dans lequel nous vivons détruit méthodiquement.

On est ainsi très loin d’un mélo social au manichéisme des gentils pauvres contre la méchante administration, et entre rire et rage, le film nous apprend comment le discours dominant déplace le problème de la pauvreté dans les pays riches, du terrain économique au plan du jugement moral, rendant les pauvres coupables de leur situation, voire d’être des fraudeurs en puissance. Rien n’a finalement vraiment changé depuis l’Angleterre victorienne de Dickens !

Et c’est le refus d’intérioriser ce discours destructeur de la dignité humaine que Ken Loach et son scénariste, Paul Laverty, mettent en scène dans ce film, donnant vie à des personnages auxquels, avec une génie narratif consommé, ils offrent une sorte d’indépendance fictionnelle tant la mise en scène se fait brillamment discrète. Alors oui, le combat de ce vieil ouvrier cardiaque, veuf qui a aimé sa femme à la folie et à l’altruisme viscéral, nous fait pleurer, mais l’identification cathartique à ce personnage dépasse totalement la compassion individuelle pour nous interpeler sur notre place dans le combat de ces gens que Ken Loach appelle encore “la classe ouvrière”.

GP

“Moi, Daniel Blake”  1 h 36

Un film de Ken Loach
Palme d’Or Festival de Cannes 2016
avec Dave Johns, Hayleys Squires

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Film “coup de poing” dont on sort “sonné” et la “rage” au cœur !
    Cannes a bien fait de le récompenser même s’il y a eu controverse chez les “professionnels du cinéma !

    Assez des films “esthétiques” alors que le cinéma doit d’abord refléter son époque et la Société telle qu’elle est.
    Ken Loach en est le meilleur “portraitiste” depuis plusieurs décennies.
    Vive le cinéma social qui réveille les consciences !

    Merci pour cette juste et éclairante “critique” de ce film dans Magcentre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail