Portugais de France : Depuis 100 ans ils écrivent une histoire

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Lors de la finale de l’Euro 2016 qui opposa les équipes de foot de France et de Portugal, comme partout en France on a pu mesurer en Centre-Val-de-Loire l’importance de la colonie. Dans les cafés et de nombreuses maisons cela s’entendait aux cris de joie poussés à chaque but portugais  auxquels  se joignaient  des hurrahs  français.  Des Portugais bien  intégrés dont le  dont le cœur  battait  aussi pour l’équipe de France. D’un pays à l’autre les cœurs viraient de bord pour s’abîmer avec délice dans la  fraternité des footeux.

Une adoption et une intégration réussies

1520-5Une livre  marque  « les 100  d’histoire des Portugais en France ». C’est un bel ouvrage qui s’ouvre sur une très  touchante tribune  « Tu t’appelais Manuel Dias et tu étais mon père » par Michaël fils de Manuel, victime de l’attentat  du 13 novembre au stade de France, Manuel qui aimait le foot, « né au Portugal  mais ayant choisi la France comme pays d’adoption et preuve incarnée que l’intégration était possible ».

L’auteur, Marie-Christine Volovitch-Tavares, agrégée d’histoire, retrace l’histoire de l’immigration  des Portugais en France. Ils n’étaient qu’un millier avant 1914, ils sont  un million en 2016 ce qui fait d’eux la première communauté d’origine étrangère des grandes immigrations européennes du XXème siècle.Des liens très profonds se sont noués entre les deux pays au cours de la première guerre mondiale  lorsque en 1916 la Portugal  a envoyé en France  56 500  soldats qui gagnèrent immédiatement le front. Démobilisés une partie d’entre eux  resta dans l’Hexagone vite rejoints par leurs familles et des compatriotes. La route vers la France s’était ouverte, elle ne s’est pas  refermée. 

1520-2Entre 1916 et la fin des années soixante-dix, des époques d’arrivées massives concentrées sur peu d’années, succèdent des périodes de départs importants ou de stagnation. A deux grandes ” vagues ” d’immigration portugaise des années vingt et soixante,  s’opposent les reculs importants des années trente et quarante. Dès le début,  des entrées illégales de travailleurs portugais sont repérées. En effet, alors que les gouvernements français sont demandeurs depuis 1919 d’un accord de main d’œuvre (semblable à ceux signés avec d’autres gouvernements européens), les différents gouvernements portugais s’y refusent, cherchant à freiner les départs.  Des réseaux clandestins (déjà est-on tenté de penser) permettront durant les années vingt aux candidats à l’émigration de gagner la France par les voies, terrestres  les plus diverses.

1520-4-1Le coup d’état militaire de mai 1926, qui installa jusqu’au 25 avril 1974 au Portugal une longue dictature  conduisit  en France une partie des exilés politiques portugais.  Ces exilés républicains, appartenaient à toutes les tendances de la gauche et de l’extrême gauche portugaise (libéraux, socialistes, syndicalistes, anarchistes ou communistes), et leurs origines sociales et professionnelles étaient diverses.  La défaite républicaine espagnole amena en France des combattants portugais qui partagèrent les aléas de l’accueil des combattants républicains. Certains restèrent en France, participant aux luttes de la Résistance et de la Libération, d’autres repartirent vers d’autres exils.

Hommage au consul Sousa Mendes

1507-1Un chapitre est consacré, à juste titre, à l’action en 1940 du consul portugais de Bordeaux, Sousa Mendes, qui en délivrant de nombreux passeports portugais contre l’avis de son gouvernement (dont il eut à subir les sanctions), réussit à sauver la vie de nombreux juifs.

Des liens indéfectibles

Les années 1962-66 connurent  un essor spectaculaire des émigrés portugais. A partir de ces années-là et jusqu’aux années quatre-vingt,  la France devint leur première destination. En six ans leur nombre avait été multiplié par dix : en 1968  on dénombrait 500 000 Portugais en France. En  1969 et 1970, chaque année, il est entré 80 000 travailleurs (hommes et femmes), et 120 000 personnes si l’on compte les membres de leur famille. En une décennie, le nombre de Portugais en France était passé de 50 000 à plus de 700 000. A partir de 1971, le nombre d’entrées de Portugais diminua de façon importante et se poursuivit de façon plus modeste  jusqu’à nos jours.

Les immigrés portugais – hommes et femmes – venaient surtout des districts situés au nord du Tage. Ces provinces étaient traditionnellement les régions de grande émigration et le demeurent. Ceux qui partaient étaient très majoritairement issus de familles paysannes dont les propriétés minuscules n’assuraient pas la survie de tous, auxquels se joignaient des journaliers agricoles fuyant le chômage endémique et des artisans de village aux maigres ressources. 

Aujourd’hui, les Portugais de France, ancrés dans la  société française tissent des liens avec celle -ci à travers une multiplicité de voies économiques, sociales, civiques et culturelles dans un va-et-vient permanent entre ici-et-là-bas.

F.C.

«  100 ans d’histoire des Portugais en France »
Marie-Christine Volovitch-Tavares Michel Lafon (beaux livre)
192 pages ; 29,95 euros

 

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail