La concertation régionale sur l’enseignement supérieur et la recherche est lancée

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

La concertation sur le Schéma Enseignement supérieur, recherche, innovation a été officiellement ouverte mercredi 2 novembre au Conseil régional Centre-Val de Loire par François Bonneau, en présence des acteurs régionaux de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Ce schéma s’étendra jusqu’à fin 2017 et passera par plusieurs ateliers de concertations et des déclinaisons dans chaque département.

Conseil régional

F. Bonneau (au centre), entouré des acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche de la région.

Longtemps considérée comme région en retard d’un point de vue Enseignement supérieur et recherche, forte d’atouts (sa taille) et la présence de laboratoires de recherche, d’une école d’ingénieurs reconnue (Insa), de quatre pôles de compétitivité, la région Centre-Val de Loire commence à sérieusement combler son retard en la matière. « C’est une région puissante par son positionnement, elle est à un moment particulier où l’on a inversé la tendance : désormais, les jeunes qui partent ailleurs faire leurs études sont moins nombreux que ceux qui restent. Comment allons-nous organiser l’avenir de cet Enseignement supérieur ? Ce Schéma n’est pas un machin à mettre sur des étagères. Nous visons 70.000 étudiants en 2020, c’est tout à fait réalisable », explique doctement François Bonneau, président de Région. Depuis 2011, + 7,5 % d’étudiants sont inscrits dans l’Enseignement supérieur dans la région, ce qui gonfle d’optimisme les différents acteurs du secteur, à commencer par Katia Béguin, récente Rectrice d’académie et les présidents d’universités Ary Bruand et Philippe Vendrix, respectivement présidents d’Orléans et de Tours. L’école d’ingénieurs Insa n’est pas en reste, avec + 30 % d’élèves inscrits depuis 2013, selon son directeur général Jean-Marie Castelain.

Forces, faiblesses, et menaces

Selon la démarche « Strater » qui vise à proposer aux acteurs territoriaux des outils d’aide à la réflexion stratégique (sous la forme de diagnostics sur l’Enseignement supérieur et la recherche), les forces de la région résident dans les effectifs de la recherche, particulièrement significatifs en imagerie du vivant (Tours) et environnement (Orléans). La région compte également des niches d’excellence, en biologie, géosciences et littérature par exemple. Ses faiblesses résident dans le manque d’attractivité pour les étudiants étrangers, le manque de synergie entre la recherche privée et publique dont le renforcement est souhaité, et la difficulté pour l’incubation des start-ups à s’implanter dans le milieu académique. Une menace plane au dessus de l’Enseignement supérieur en région Centre-Val de Loire : la proximité avec l’Ile-de-France, qui aspire souvent tout sur son passage. Une menace que beaucoup voudraient transformer en forces au contraire.

La “Comue” ne communiera peut-être bientôt plus

Université d'Orléans

Université d’Orléans

Au moment de démarrer ce Schéma plane aussi la menace d’explosion de la Comue Léonard-de-Vinci (Communauté d’universités et d’établissements), regroupant les universités du grand-ouest La Rochelle, Poitiers, Limoges et Orléans-Tours. La Rochelle a déjà fait savoir qu’elle souhaitait quitter le navire, Poitiers et Limoges s’apprêteraient à faire de même. Orléans et Tours aimeraient se rapprocher de l’Insa Centre-Val de Loire pour faire une Comue strictement régionale. Conséquence très probable du nouveau découpage des régions, cette affaire agace le président de Région François Bonneau, déjà assez tiède au moment de la création de cette Comue. « Ce sont des aléas stratégiques qui nous dépassent. Il est urgent que le ministère – qui nous avait incité et même contraint à entrer dans cette communauté – tranche et prenne une décision, je lui ai dit et j’ai été ferme là-dessus. Nous ne pouvons pas, au moment où nous démarrons notre Schéma régional de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, bâtir sur du sable. La Région Centre-Val de Loire n’a pas vocation à servir de variable d’ajustement. Nous avons de grandes ambitions, le cadre doit être stabilisé le plus vite possible ».  

Plusieurs étapes de concertations ainsi que des déclinaisons dans les six départements de la région aboutiront à la rédaction de ce SRESRI au cours de l’été 2017, puis sera présenté devant le Ceser et enfin soumis au vote de l’assemblée plénière régionale fin 2017.

F.Sabourin.

 

 Les chiffres clés de l’Enseignement supérieur en Centre-Val de Loire :
60.500 étudiants en région Centre-Val de Loire (Rappel : 53.000 étudiants en 2010 / Objectif 2020 : 70.000).
4 pôles de compétitivité.
2 universités abritant notamment 2 écoles Polytechniques.
1 école d’ingénieurs.
1 COMUE interrégionale.
INSA Centre Val-de-Loire : 332 premiers étudiants diplômés de l’INSA.
Polytech Orléans – antenne de Chartres : 24 étudiants entrent en 2e année pour la première fois.
Plus de 8.000 étudiants dans les lycées de la région.
5.385 étudiants suivent des formations de Bac+2 à Bac+5 par voie d’apprentissage.
Plus de 2.000 élèves en classes préparatoires.
100 M€ sont mobilisés par la Région pour les locaux de l’enseignement supérieur (rénovation, travaux divers, entretien etc.)

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Je travaille pour l’Université de Limoges. Il n’a JAMAIS été question pour Limoges ou Poitiers de quitter la ComUE, c’est plutôt Orléans qui n’a pas les moyens de rester et Tours qui préfère faire cavalier seul.

  2. Ceux qui rêvent encore de provoquer la division entre les Universités de Tours et d’Orléans jouent contre les habitants de la région Centre-val de Loire.

  3. Si Angers et le Mans, au lieu de faire une comue avec les bretons (qui ne sert qu’à asseoir un peu plus la suprématie de Nantes et Rennes), se serait arrangés avec Orléans et Tours pour créer une comue ensemble cela aurait eu de la gueule…
    Un territoire cohérent, équilibré et connu dans le monde entier: le Val de Loire. Quel gâchis ….

  4. Bonjour
    J ai 57 ans
    J ai été en cui dans unlycee de st jean le bray mon contrat n a pas été renouveler
    Que faites vous pour protéger les personnes
    Proche de la retraite.
    Besoin fe travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail