Donald élu à la Maison Blanche : pan sur le bec (de canard) !

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Trump simpson

Ah ! Le beau jour que voilà ! On se souviendra sans nul doute longtemps des cris d’orfraies du 9 novembre 2016 autant qu’on se souvient des cris de joie du 4 novembre 2008, lorsqu’on apprit l’élection de Barack Obama, premier président noir à la Maison Blanche.  « Yes, we can ! » Dès le réveil matin – et c’est peu dire qu’on fut matinal – les médias et réseaux dits « sociaux » se sont emballés, impossible ici de lister les commentaires dégoûtés, les émoji verts de rage, les « dégoulinages » de bonnes (et mauvaises) intentions, les « on l’avait pas vu venir » et les « oh ! quelle affreuse surprise !», bref : beaucoup sont cocus et comme souvent, ils feignent d’être les derniers à le savoir. Il flotte dans l’air un petit air de 21 avril 2002 et de 24 juin 2016 (jour du « Brexit »).

Toute aussi affligeante soit probablement cette élection d’un Donald pas drôle au pays qui inventa Mickey, le big Mac Trump, milliardaire lifté et peroxydé ne résoudra rien des millions de problèmes d’inégalités sociales et d’attentes déçues des Américains qui envoient une belle claque dans la face de ceux censés les gouverner – on n’ose dire les protéger ! « Le monde bascule dans le chao », c’est en gros la tonalité du jour, doit-on s’en réjouir, non sûrement pas, mais c’est un fait : à force de mentir à coups de sondages, de nier la démocratie, de fabriquer des kilomètres de faux débats, de capter à quelques uns toutes les richesses en maintenant dans la misère le reste du monde, de manquer de vision, d’espérance, et – désolé d’être légèrement grossier – de prendre les gens pour des cons – la majorité du peuple se fait entendre. Autriche, en Hongrie, en Grande-Bretagne et même, et de plus en plus probablement en France prochainement… Désormais, plus possible de reculer, l’étau se resserre, et certains ont de sérieux maux de crâne. L’élection de Trump à la tête des États-Unis signe définitivement la fin des illusions pour les comiques qui jusqu’ici ont tenté de vendre du rêve aux citoyens en s’essuyant les pieds sur la démocratie, en leur faisant avaler des couleuvres digne des plus grands vivariums du monde. Avec leurs célèbres complices : les instituts de sondages et médias claniques.

Alors que faire désormais ? Premièrement, de toute urgence demander aux instituts de sondages de se recycler eux aussi dans une autre profession. Il n’y a pas de raison de ne demander qu’aux agriculteurs d’envisager une reconversion : sondagiers, avez-vous pensé à passer un CAP ou un BEP pour aller occuper les métiers en tension dont bon nombre de chefs d’entreprises désespèrent de trouver candidats ? Le monde ne s’en portera que mieux. On évitera cependant de les recycler chez Météo France, le monde des prévisionnistes mérite mieux.

Deuxièmement, cesser de toute urgence la course effrénée au toujours « plus », en imaginant que seule la croissance, le pouvoir financier du fric, le pouvoir d’achat, l’obsession de la possession d’objets technologiques de grande consommation permettra de rendre les gens un minimum heureux. Ralentir cette course mortifère pour l’humanité est la seule urgence qui semble encore valable.

Enfin, troisièmement, parler vrai aux humains de cette planète en commençant par ne pas se mentir à soi-même : la soif du pouvoir est-elle vraiment pour se mettre au service de l’intérêt général, ou simplement pour planter un drapeau de plus au sommet des multiples Everest qui peuplent le monde ? La démocratie n’est pas seulement en danger, elle est déjà amputée de ses jambes, va-t-on passer le reste du corps à l’équarrissage ?

On n’ose à peine dire que l’espoir doit, contre vents et marées (amical salut en passant aux marins du Vendée Globe qui sont les solitaires les plus heureux du moment !) demeurer la seule vertu à faire croître aujourd’hui, mais attention ! Cette mine d’or s’amenuise de jour en jour, et si le pire n’est jamais sûr, le meilleur n’est pas encore pour demain. C’est à chacun de nous d’en décider. Sans ça, la chasse aux canards qui vient de débuter outre-Atlantique n’aura rien d’une journée chez Disney…

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Votre billet est décapant et roborative. Ça fait du bien et permet d’espérer que tout n’est pas perdu, que démagogie, vulgarité, repli sur soi et haine de l’autre ne sont pas les nouvelles valeurs de nos sociétés. Merci !
    JPB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail