“Mademoiselle”, fastueusement fastidieux

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

“Mademoiselle” est d’abord un film d’escrocs et de faux-semblants, parcouru d’érotisme: dans une crépusculaire Corée sous occupation japonaise qui impose aux dialogues une double langue (avec des sous-titres blancs ou jaunes suivant que l’on parle japonais ou coréen), ce film développe une intrigue basée tout à la fois sur une duperie au troisième degré et la décadence d’une bourgeoisie collaborationniste, où la fascination pour la culture et le pouvoir de l’occupant japonais rend toute identité culturelle et donc sexuelle, incertaine.

113647

Dans cet univers instable, l’étrange château de “Mademoiselle”, riche héritière convoitée par un pseudo-comte escroc, est un manoir labyrinthe qui mêle  une architecture victorienne surchargée à l’épure japonaise, et dont le centre est la riche bibliothèque, métaphore de l’écrit comme seule certitude et lieu de lecture par une femme de textes érotiques pour des hommes condamnés à la textualité de la sexualité, où le sexe ne se vit plus que par les mots. Le sadisme qui transpire de ces lectures parait satisfaire cet aréopage de pervers gentlemen  semblant tout droit sortis de “La volonté de savoir” de Michel Foucault, qui dans son histoire de la sexualité, s’intéresse à cet anonyme anglais qui n’écrivit pas moins de onze volumes* sur sa vie sexuelle…

mademoiselle

Mais toute cette belle construction esthétisante, filmée avec un maniérisme à la hauteur du décor, ne tient pas faute d’un scénario qui donne un peu d’amplitude au sujet: si la première partie nous intrigue par sa machination sophistiquée, la deuxième s’enlise dans une déconstruction de la première avec un interminable flash-back démonstratif, quant à la troisième partie elle consiste à opposer, dans une sorte d’apothéose fantastique, le tête à tête de deux hommes dans une sanglante émasculation digitale, à un corps à corps féminin comme révélation ultime d’un absolu de la sexualité.

Tout ce faste ne fait pas sens…

GP

*”My secret Life” anonyme

“Mademoiselle”  un film de Park Chan-Wook 2 h 25

Avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri, Jung-Woo Ha
 

 

https://www.youtube.com/watch?v=G3TYloYDbUA
 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail