Orléans métropole : JP Sueur  l’anti malthusien

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

 

 Fervent défenseur des métropoles,  le sénateur socialiste du Loiret et ancien secrétaire d’Etat aux collectivités locales, Jean-Pierre Sueur,  revient sur la séance publique  du 9 novembre  au Sénat  au cours de laquelle  la majorité sénatoriale a refusé obstinément la création de nouvelles métropoles dont celle d’Orléans. Il se moque gentiment de ses collègues qui ont tenu « des propos malthusiens », autrement dit qui, conformément à la politique prônée jadis par l’économiste Thomas Malthus, craignent les effets dévastateurs d’un développement  libre,  démographique et économique, de la population.  Le sénateur explique la genèse d’une situation  à laquelle l’Assemblée devrait bientôt  mettre un terme et les raisons  de son soutien  aux métropoles.

 

Jean-Pierre Sueur

Jean-Pierre Sueur

« Lors du vote de la loi qui a créé les premières métropoles, la nouvelle carte des régions n’avait pas encore été adoptée. Or, il s’avère que sur les douze régions de l’hexagone seules deux sont dépourvues de métropole et, dans ces deux cas seulement, la capitale régionale n’est pas une métropole. Comme tout l’équilibre du dispositif repose sur une synergie entre régions et métropoles, il est juste que chaque région dispose d’au moins une métropole. »

Lors du débat de ce 9 novembre, on a assisté à des propos malthusiens contre la création de nouvelles métropoles au nom de la ruralité. Je tiens à redire mon profond attachement à la ruralité et à l’organisation de structures fortes dans le monde rural, incluant les villes petites et moyennes, afin de créer des structures permettant un développement dynamique. Les nouvelles communautés de communes, qui seront plus fortes, iront dans ce sens. Et je constate une profonde volonté de beaucoup d’élus du monde rural à cet égard. Nous devons conjuguer le développement dynamique du monde rural et le développement dynamique du monde urbain. Les deux doivent se compléter et se conforter. Ce n’est pas parce que nous priverions la capitale régionale d’atouts supplémentaires que cela favoriserait le développement d’autres territoires, bien au contraire !

J’ajoute que, contrairement à ce que certains ont prétendu, la création de métropoles ne se traduit en rien par une diminution des dotations de l’Etat pour les autres collectivités locales. En effet, la dotation globale de financement (DGF) est strictement la même pour les communautés urbaines et les métropoles. »

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail