Gel: le vignoble trinque, Région et Europe arrosent

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Sancerre-au-Printemps

Le vignoble de Sancerre.

En avril 2016, le gel tardif a constitué une véritable catastrophe pour de nombreux viticulteurs de la région Centre-Val de Loire. Un tiers du potentiel de récolte aurait été perdu en 2016. Aussi la région Centre (avec l’Europe) a décidé d’aider les viticulteurs à lutter contre ces aléas climatiques.

Certains vignobles sont plus exposés que d’autres : ainsi le Quincy est menacé sur 100% de son territoire, le Bourgueuil à 60%, le Chinon à 45%, le Reuilly seulement à 25…Il existe des méthodes pour se protéger que ce soit par des tours antigel, fixes ou mobiles qui brassent l’air pour homogénéiser la température ou des systèmes d’absorption. Mais elles sont  onéreuses : 30 000 euros par hectare pour une tour de brassage d’air.

Un budget de 700.000 à un million d’euros financés par l’Europe et la région par le biais d’un dispositif « Cap filière », sera bientôt débloqué. Ce qui correspond à une aide à l’équipement de 10% des zones sensibles. Initiée par la Chambre régionale d’agriculture, une étude évalue à 17 millions d’euros les investissements pour la protection intégrale du vignoble.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Un récent reportage à la télévision, montrait un viticulteur bourguignon fêter l’acquisition de son 100e avion de guerre de collection. Alors j’ai tendance à croire que nos vignerons ne sont pas si malheureux que cela. Il faut peut-être une année de crise pour les inciter à s’équiper ou à mieux s’assurer.
    L’Europe n’est pas venue m’aider, alors que ma clientèle a chuté de 50 % après la dernière crise économique. J’ai fait fonctionner mon cerveau et me suis diversifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail