Blois : les points du conseil municipal qui pourront faire débat

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le prochain conseil municipal de Blois aura lieu ce soir lundi 21 novembre à partir de 17h30. Copieux menu sur la table : le “ROB” (Rapport d’orientations budgétaires, nouveau nom du “DOB” Débat d’orientations budgétaires) sera discuté et – nouveauté – soumis au vote. Voici quelques points qui pourraient faire débat entre la majorité municipale et l’opposition. Et quelques points qui devraient intéresser les Blésois.

Blois

  • Mise en place d’un indemnité kilométrique : la Ville de Blois favorise les modes de déplacements “doux” et notamment l’utilisation, pour ses agents, de vélos à assistance électrique. De 3.529 km parcourus en 2008, on est passé à 13.200 km en 2015. La loi de Transition énergétique pour la croissance verte permet la possibilité d’une indemnité kilométrique vélo, entre le domicile et le lieu de travail (25 centimes d’euro du km, sans minimum kilométrique). Et pour les utilisateurs de trottinettes ou rollers ? Réponse lundi soir…
  • L’indemnisation de professionnels riverains des travaux de l’ACVL (Aménagement cœur de ville Loire) aux abords de la place de la Résistance (notamment le bar “Le Maryland” à hauteur de 9.142 €) en compensation des désagréments subis lors de travaux donnera très certainement l’occasion de débats récurrents sur l’utilité des dits travaux. A noter : le retour à la circulation à double sens de la rue Denis-Papin à compter du 1er décembre et jusqu’au 16 janvier. Puis de nouveau à sens unique dans le sens descendant à compter du 16 janvier. Des voix s’élèvent déjà – notamment sur le compte Facebook du maire de Blois Marc Gricourt – pour constater un rétrécissement de la chaussée dans le virage à angle droit (et angle mort) sous les escaliers Denis-Papin, rétrécissement qui devrait occasionner quelques frayeurs lors du passage des bus…
  • Si, comme promis, les tarifs de l’eau potable ne vont pas augmenter malgré la reprise en régie de la distribution de l’eau en octobre dernier par la municipalité, la mise en place des nouvelles modalités de règlement pourrait entrainer, pour les plus étourdis, une panne sèche consécutive à un défaut de paiement. Des courriers ont été envoyés chez les particuliers mais il semble qu’un bon nombre (une centaine par jour) assaillent le service de distribution d’eau s’inquiétant de savoir comment cela va se passer. Avant la première facture, il ne peut y avoir de prélèvement possible. Cinq modes de règlements sont autorisés : espèces, TIP-chèques, virement bancaire, carte bancaire, prélèvement automatique.
  • Des “horodateurs intelligents” vont être installés en lieu et place des actuels, à pièces de monnaie ou cartes “monéo”. Avec ces horodateurs dernier cri il sera possible de payer – en plus des espèces ou des cartes prépayées – en cartes bancaires ou paiement sans contact. Plus d’excuses pour ne pas payer le stationnement !
  • La Ville de Blois va acquérir un local professionnel de 112 m² pour 100.000 € quartier Chavy, en vue d’augmenter la surface du centre médical où sont déjà installés deux infirmières, trois kinés, un podologue, un psychologue et une pharmacie à proximité. Ce centre médical pourrait cependant péricliter si rien n’est fait : des médecins, infirmiers, orthophonistes et chirurgiens-dentistes ont déjà quitté cet espace depuis deux ans. L’hôpital va mettre à disposition un médecin généraliste, deux infirmières viendront aussi s’y installer. 
  • Le chevet Saint-Vincent, théâtre du futur pôle commercial du centre-ville blésois.

    Le chevet Saint-Vincent, théâtre du futur pôle commercial du centre-ville blésois.

    Le plus gros point de ce conseil municipal sera sans conteste le vote de la délibération autorisant la SEM 3 Vals Aménagement par la Ville de Blois à acquérir le collège Saint-Charles. Le projet “Saint-Vincent-Gare-Médicis”, vieux serpent de mer blésois d’environ trente ans, prend avec cette acquisition un tournant peut-être décisif. A l’origine en 2014, les négociations avec l’OGEC (organisme de gestion de l’enseignement catholique) étaient mal engagées. Le montant d’indemnisation était jugé trop faible par le diocèse de Blois, qui ne voulait pas céder le foncier pour une bouchée de pain (même béni) ; Marc Gricourt à l’époque avait évoqué une possible procédure d’expropriation, afin de rassurer les promoteurs et surtout l’enseigne Monoprix qui finalement a depuis jeté l’éponge. De 1,5 M€ sur la table, la Ville passe à 2,375 M€, soit le montant que demandait l’OGEC (2,375 M€ versés à la Fondation Victor-Dillard, correspondant à la valeur vénale des biens versés, par avis du Domaine). 1,465 M€ versés par 3 Vals Aménagement à l’OGEC Saint-Charles permettant le transfert du collège vers le nouveau site. Le montant global de l’indemnisation est de 3,782 M€. L’ancien collège Saint-Vincent (rue de la Garenne) accueillera, après travaux de réhabilitation, l’actuel collège Saint-Charles… à la rentrée 2018. Le projet cher à l’équipe de Marc Gricourt avance donc, mais les fouilles qui interviendront en 2017 sous le parking Monsabré, au chevet de l’église Saint-Vincent puis sous l’actuel collège Saint-Charles pourraient sérieusement retarder – encore ! – le calendrier.

F.Sabourin.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail