Indre : le sénateur Louis Pinton est décédé

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Le corps de Louis Pinton, 68 ans, sénateur et ancien président du Conseil départemental de l’Indre, a été retrouvé sans vie dans sa chambre d’hôtel parisien, à quelques mètres du Sénat, ce jeudi 17 novembre au matin. Dans son entourage, c’est la stupéfaction totale.

Louis Pinton. (c) CD36

Louis Pinton. (c) CD36

Né le 24 octobre 1948 dans la Creuse à Bonnat, ce docteur vétérinaire, ancien maire d’Orsennes jusqu’en 2008 était président du Conseil général de l’Indre de 1998 à 2016. Il était également sénateur depuis 2007.

Le 15 janvier dernier, à l’issue du vote du budget du Conseil départemental, Louis Pinton (réélu un an auparavant pour la 3e fois à ce siège) avait surpris tout le monde en annonçant son intention de quitter son fauteuil de président, un an avant l’entrée en vigueur de la loi sur le non-cumul des mandats. Il était resté simple conseiller départemental du canton de Neuvy-Saint-Sépulcre. C’est sa suppléante, Frédérique Gerbaud, qui va le remplacer au Sénat. Il avait apporté son soutien à Alain Juppé en vue de la primaire de la droite et du centre.

Homme fidèle en paroles, en amitié et à ses racines profondément ancrées dans le Berry et la Creuse qu’il affectionnait beaucoup, il aura marqué tous ceux qui un jour, de près ou de loin, ont eu la chance de le croiser et d’échanger quelques mots avec lui, ou de travailler dans son entourage. La simplicité du contact, la chaleur non feinte de ses relations, en faisait un élu discret et à part dans la classe politique française. De ceux qui peuvent réconcilier non seulement avec la politique, mais aussi avec l’humanité.

Les élus départementaux de l’Indre, ses anciens collaborateurs, et toutes les personnes qui appréciaient cette figure attachante partagent la peine de sa famille, ses enfants et petits-enfants et tous ses proches.

Gérard Larcher, président du Sénat, vétérinaire comme lui, du même âge et compagnon de chasse dont il était féru, a salué la mémoire de celui qui « portait à la Haute Assemblée la parole des maires ruraux dont il restait très proche. Il cultivait une vision à long terme de l’aménagement du territoire et de son département en particulier, avec une attention pour les questions d’aide sociale notamment aux personnes en voie de réinsertion ».

F.S.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail