Musée des Beaux Arts (Orléans) Saison Photographique #1: la trace

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Cette première saison photographique proposée par le Musée des Beaux Arts d’Orléans propose un diptyque d’expositions qui forme un passionnant parcours autour de l’acte photographique, entre la technique minimaliste des cyanotypes de Josef Nadj et le travail de Claire  Adelfang, au sommet de la capture argentique au format 6×6. Dans cet écart technique, le musée nous invite à une réflexion sur l’art photographique dans son rapport avec la “trace”, trace végétale pour le premier et trace architecturale pour la seconde.

Claire Adelfang / Photo Morgane Moal

Claire Adelfang / Photo Morgane Moal


“Impossible façon” de Claire Adelfang

Ce qui frappe le visiteur pénétrant dans l’exposition de Claire Adelfang, c’est la pureté de la qualité technique de ses tirages au format carré, correspondant à l’usage du format 6×6 à la prise de vue: ici pas de recadrage, pas de photoshop, l’argentique est totalement assumé. Mais dès la première salle consacrée à la ruine architecturale d’une base de sous marins de l’atlantique, on comprend tant par le cadrage décentré et la profondeur induite, que par le choix subtil du point de mise au point, que la photographe nous assigne une place par son regard sur le réel. Bien sûr, on voit tous circuler sur l’internet des photos saisissantes de lieux plus ou moins emblématiques à l’abandon, mais ce qui ici fait justement œuvre photographique, c’est ce décalage entre l’image “convenue” de la ruine, un peu comme la ruine romantique du XIXe siècle, et ce rapport angoissant au temps que nous impose Claire Adelfang par ses instantanés photographiques. L’acte de mémoire de la photo ne fait alors qu’inscrire un temps suspendu dans notre humaine  temporalité.

Comme cette dualité eau/béton,  signifiant matériel de l’inexorable avancée de la ruine de ces abris indestructibles pour sous marins, cette trace de l’humain, absent d’un environnement qu’il a créé dans un projet abandonné, va traverser toutes les salles de cette première exposition, jusqu’aux photos  orléanaises des vinaigreries Dessaux, images d’un lieu en devenir, où le futur de la réhabilitation viendra détruire la trace du passé,  laissant le soin à la photo de conserver l’éternité de ses instantanés.

Vinaigreries Dessaux Orléans / Claire Adelfang

Vinaigreries Dessaux Orléans / Claire Adelfang/ Galerie Thaddaeus Ropac


“Inhancutilitatem*” de Josef Nadj

josef nadjLors de la présentation à la presse de son exposition, Josef Nadj nous expliquait, non sans un peu d’humour, qu’ayant reçu une formation de graphiste, c’était un peu par hasard qu’il était devenu le chorégraphe que l’on connait, et que quittant le centre chorégraphique, il allait pouvoir se consacrer à ce qui le passionne dorénavant: la création graphique dont on peut déjà avoir un aperçu avec cet ensemble de propositions sur la ville d’Orléans intitulé “Josef Nadj, plasticien : un parcours dans la ville”, et dont cette exposition fait partie.

Comme un lointain écho aux œuvres de Claire Adelfang, Josef Nadj présente donc au sous-sol du musée, une série de cyanotypes, procédé photographique par insolation directe d’une surface sensible, mis au point en 1842 par un astronome anglais John Herschel. Josef Nadj va s’emparer de ce procédé rudimentaire pour capter la lumière négative d’une galerie botanique, fruit d’une collecte au grand air, galerie à laquelle cette calligraphie  en à-plat blanc découpant des formes évanescentes sur un fond bleu,va donner une dimension quasi magique comme ces pochoirs préhistoriques. Ici nulle profondeur, nulle fiction perspective, l’élémentaire narration d’un acte manuel dans la disposition du végétal sur la feuille, mémoire éphémère du passage de la lumière découpant la seule profondeur de ce bleu monochrome qui n’est pas sans rappeler la grande toile d’Hantaï du Musée d’Orléans.

Cyanotype Josef Nadj

Cyanotype Josef Nadj

 

Et pris par cette fascination de ce jeu avec la lumière, Josef Nadj nous offre ici le fruit d’un an d’expérimentation de ce procédé dont l’archaïsme nous renvoie bien sûr à la trace, à l’empreinte, et donc à la mémoire…

GP

*”In hanc utilitatem”: A cette fin… extrait de De Arte Cabalistica Johannes Reuchlin Hagenhau 1517

Saison Photographique # 1

“Impossible façon” Photographies de Claire Adelfang

“Inhancutilitatem” Cyanotypes de Josef Nadj

Musée des Beaux Arts 1 rue Fernand Rabier 45000 Orléans

Du vendredi 18 novembre 2016 au dimanche 15 janvier 2017

Mardi au samedi : 10h -18h (accueil des scolaires dès 9h30) Vendredi jusqu’à 20h Dimanche : 13h à 18h Fermé les 1er et 11 novembre, 25 décembre, 1er janvier,

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail