Ces “électeurs de gauche” qui vont voter à la primaire de droite: témoignages

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

 Une des grandes inconnues de cette primaire de la droite et du centre tient au corps électoral. Combien de votants? 2,5 millions comme le prévoit certains instituts de sondage, trois millions cinq millions? Ce dernier chiffre correspond aussi à celui de l’audience réalisée par France 2 et Europe1, jeudi soir pour le troisième débat.

 

Premier tour des élections régionales, le 6 décembre 2015, à Tours.

Difficile de réaliser des prévisions fiables sur les résultats lorsque l’on ne connaît pas le corps électoral. Mais l’on sait que si le vote est très large, à priori, ce ne sont pas seulement les purs et durs de LR favorables en grande partie à Nicolas Sarkozy qui se seront déplacés. Une large participation avec les votes du centre droit, des gens proches de l’UDI, sera plutôt favorable à Alain Juppé et dans une moindre mesure à François Fillon, auteur d’une belle remontée dans la dernière ligne droite. Quel pourcentage les électeurs “de gauche”, des “déçus de Hollande” (ou pas) dans ce scrutin vont-ils représenter? 2%, 5%, voire 10% et plus? Vont-ils “fausser” le vote comme le suggère Nicolas Sarkozy?

“Je vais aller voter à droite au nom du TSS (tout sauf Sarkozy)” dit de fait cette électrice de François Hollande en 2O12, qui tient à garder l’anonymat. Pour qui? “Pour Alain Juppé, parce qu’il est capable de rassembler pas de diviser, de cliver, comme l’ancien Président”. 

jeunes socialistesUn autre “électeur de gauche” votera pour NKM: “d’abord c’est une femme, relativement jeune, ensuite elle tranche sur les autres par ses positions sur le numérique, sur l’environnement, la démocratie directe. Enfin à l’entendre durant les trois débats de la primaire, on est sûr qu’elle n’appellera pas à voter Sarkozy au second tour, si celui-ci y parvient”.

Quel poids représenteront les électeurs du FN cette fois-ci, qui mettront plutôt un bulletin Sarkozy dans l’urne de droite et du centre? C’est aussi un paramètre, même s’il risque de ne jouer qu’à la marge, comme l’ont expliqué les deux politologues, Jean Guarrigues et Pierre Allorant, invités de RCF pour l’émission Agora ce vendredi, en partenariat avec Magcentre.fr

Et le vote de gauche pour Chirac en 2002…

Et l’engagement signé qu’il faudra prendre avant de mettre son bulletin dans l’urne, ce n’est pas un frein? Une personnalité connue à Orléans pour ses opinions à gauche et qui, lui aussi ira dimanche voter dans le camp d’en face, explique: “prendre l’engagement de partager les “valeurs républicaines de la droite et du centre” ? Mais comment et pourquoi serait-ce un problème ? Quelles sont ces fameuses valeurs communes ? Je n’en vois pas d’autres que celles que nous partageons tous, les Républicains, à savoir la devise de notre République laïque, sociale et décentralisée : liberté, égalité, fraternité. Cela me va, je signe sans aucune difficulté, et même avec enthousiasme !

Quant au pseudo engagement de soutenir l’alternance, en droit français, le vote impératif n’existe ni pour les élus, ni pour les électeurs. Une obligation n’aurait aucune valeur. Les cris de Nicolas Sarkozy contre le détournement du vote par des électeurs de gauche “stratèges” auraient plus de force s’il ne faisait pas tant de clins d’oeil appuyés aux électeurs du Front national pour qu’ils viennent peser en sa faveur…Et je ne me souviens pas de l’avoir entendu protester contre le vote presqu’unanime des électeurs de gauche en faveur de Chirac au second tour de 2002. Pourquoi ces électeurs s’étaient-ils déplacés ? Au nom précisément des valeurs républicaines que tous les Français partagent, au-delà du clivage droite/gauche.”.

Ch.B

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Pas évident les les électeurs FN aillent voter Sarkozy. L’intérêt de Marine le Pen est que NS soit éliminé, ainsi elle pourrait récupérer une grosse partie du fameux noyau pur et dur sarkoziste, noyau “lepenisé” par son mentor au fil de ses diatribes anti immigrés, anti fonctionnaires, anti grévistes, anti chômeurs, et j’en passe.

  2. C’est quand même une “drôle d’idée” d’aller signer et dépenser de l’énergie pour la droite, quand on est de gauche… Ne faudrait-il pas en finir avec nos petites fabriques de paradoxes malsains, qui floutent encore et encore le paysage tragi-politique ? Ne vaudrait-il pas mieux utiliser nos énergies à nous mettre d’accord sur un projet le plus correct (égalité, fraternité, liberté, anticapitalisme, Constituante pour un véritable changement anti-oligachie, anti-financiarisation, etc.) et le plus rassembleur possible, autour d’un/e seul “leader” ??? Reprenons nos sérieux. Soyons fidèles à nos engagements et cessons de jouer avec le feu en nous plaignant qu’il nous brûle. Conclusion =
    “Je vous appelle à ne pas truquer l’élection de Républicains qui ont le droit de voter comme ils l’entendent et de choisir les leaders qu’ils veulent, parce que c’est à cette condition qu’on vit en démocratie”… Cette citation, porte la signature d’un homme politique brillant : un Insoumis cohérent.
    jmmartin

  3. Non, je ne voterai pas dimanche pour les candidats de la Droite et du Centre aux “primaires”.

    Je ne voterai pas pour une raison essentielle : je pense que ces “primaires” sont en totale contradiction avec l’esprit, et sans doute même la lettre de notre constitution. La constitution de notre Vème République prévoit l’élection du président au suffrage universel.
    Universel, cela veut dire que l’ensemble de la population de nationalité française en âge de voter peut – et devrait – participer au vote pour tous ceux qui souhaitent se présenter. Et universel parce que chacun de ces électeurs pourrait être candidat, dans des conditions de filtrage raisonnables (un quota de signatures par exemple, c’est le cas actuel).
    En organisant des “primaires”, les partis politiques s’accaparent la méthode et ferment notamment ainsi la porte aux “petits candidats”. Certains de ces “petits”, au cours des dernières décennies, sans avoir l’ambition d’être élus, ont pu exprimer leurs idées devant les Français, en bénéficiant des outils de communication mis à la disposition de tous les candidats.
    La “primaire” et autres systèmes de présélection des candidats, c”est aussi trafiquer les chiffres de la volonté du peuple : l’élection présidentielle américaine récente en est un exemple patent. Mme Clinton, pourtant largement majoritaire en voix, de plusieurs millions de votes, a été battue par M Trump, grâce à un système de bonus et malus tarabiscoté de “grands électeurs”.

    Je sais en outre que de nombreux électeurs de “gauche” songent à voter lors de cette “primaire de la Droite et du Centre”, et vont ainsi participer à une honteuse tricherie. Pourquoi ? Parce l’objectif est purement et simplement de tenter de biaiser la véritable élection présidentielle de l’année prochaine, en aidant à désigner tel ou tel candidat qui éliminerait par avance tel autre qui leur déplaît. Ils y arriveront ou pas, peu importe, la tricherie est là.
    En tout cas, ces électeurs de “gauche” vont, en faisant cela, se mentir à eux-mêmes, trahir leurs propres idées. Somme toute, se déshonorer en signant un texte qui définit les principales orientations de la “Droite et du Centre”, principes – et conséquences – qu’ils ont combattu et combattront certainement ensuite. Cela devient de la basse manœuvre politicienne, tout ce que notre Vème République souhaitait éloigner après l’instabilité de la IVème. Où est la cohérence, dans tout cela ? Où est la droiture ? Où est l’honneur de la politique, notamment celle des éternels moralisateurs de la “gauche”?

    Comme Pagnol le faisait dire à César, “l’honneur, c’est comme les allumettes, cela ne sert qu’une fois”.
    Imre Horvath

  4. Quand on est de gauche, on ne va pas voter dans une primaire de la droite et du centre. Cela me semble incohérent de se fourvoyer dans une démarche qui ne regarde que les personnes de droite. Et à gauche, il y a tellement de travail à mettre en oeuvre pour reconstruire une véritable politique de gauche, une alternative basée sur la justice sociale, la fraternité. Un projet qui prenne vraiment en compte les aspirations de ces citoyens totalement désabusés, qui ne croient plus en “la politique”, tellement ils ont été déçus.

    Michel RICOUD

  5. Quel cirque !
    “Une personnalité orléanaise connue pour ses opinions de gauche” (mais qui c’est, qui sait? ) dit partager les mêmes valeurs que la bande de primaires :
    – liberté? voir l’état d’urgence maintenu, la constitution de ce gigantesque fichage et autres atteintes aux fondements mêmes de l’organisation politique de notre pays,
    -égalité? devant l’impôt?, les droits ? la justice?, dans la répartition des biens ?
    -fraternité? parce que tous conscients des dangers qui menacent l’humanité toute entière tant sur le plan nucléaire en cessant au plus vite cette production industrielle criminelle qu’environnemental en abandonnant aux ronces des pompes à fric comme Nt dame des landes et autres TGV , autoroutes et autres pharaonnades et aussi en recevant avec hospitalité des gens qui fuient les guerres qui profitent aussi à notre “commerce”-vente d’armes.
    c’est vrai ils partagent les mêmes valeurs maisleur conception de ces trois règles n’est pas celle de celles et ceux qui ne partagent plus leur spectacle et refusent leur marchés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail