Le Loiret oriente le budget 2017 dans un contexte (très) contraint

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

En préambule au rapport d’orientations budgétaires, le Conseil départemental a reçu le préfet Nacer Meddah, qui a brossé un état des lieux du Loiret en tentant de dégager un peu d’air optimiste dans une période très dure. Hugues Saury, en rappelant le désengagement de l’État notamment sur les compensations des prestations sociales versées par le Département, ne craint pas que la métropolisation d’Orléans constitue une atteinte aux équilibres territoriaux.

Conseil départemental Loiret

Hugues Saury (au centre), à sa droite, le préfet Nacer Meddah, également préfet de région.

Les quarante-deux conseillers départementaux du Loiret étaient réunis en session vendredi 18 novembre. Ils ont d’abord reçu le préfet Nacer Meddah, venu faire le traditionnel rapport de l’État. Durant 1h45, le préfet de région a brossé un portrait du département loirétain réaliste, sans esquiver les difficultés agricoles, sociales, de sécurité. Il a même pu faire preuve d’un certain optimisme, rappelant que les Loirétains « peuvent être fiers de leur département. Je viens de Lorraine où je fermais des écoles, des collèges, à cause d’une situation sociale et démographique dégradée. Ici, le dynamisme démographique est une chance, et je dirais même : dans le Loiret, quel bonheur ! La richesse du Loiret, c’est également celle de ses espaces naturels, de ses paysages, de la Loire, de ses forêts, de ses territoires ruraux. Ces atouts, l’État et le département doivent les exploiter en faveur d’un développement dynamique et équilibré de l’économie loirétaine ».

Sur la question des migrants, le préfet Meddah a souligné « la solidarité nationale, qui a joué aussi ici dans le département. Vous (les élus) pouvez vous honorer d’avoir fait face avec solidarité. On parle beaucoup des migrants venus du Proche et Moyen Orient, beaucoup moins du Soudan ; la Corne de l’Afrique, personne n’en parle ».

« Afflux de migrants : s’adapter ou pas et si oui, comment ? »

Hugues Saury

Hugues Saury

L’arrivée des migrants de Calais dans la région Centre-Val de Loire, et dans le Loiret (93 mineurs isolés à Cerdon et Pierrefitte-es-Bois début novembre) est aussi au cœur des préoccupations des élus départementaux. « Comme l’a souligné Monsieur le préfet, ce dispositif a été qualifié de  ‘transitoire’ par les services de l’État. Pour autant, il durera au moins le temps que les autorités britanniques examinent sur place les situations individuelles dans une pratique qui peut paraître d’un autre âge ». Hugues Saury a même des propos qui tranchent avec son soutien affiché au candidat Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite et du centre : « Au-delà de ce que nous constatons aujourd’hui, je crois que nos sociétés doivent se préparer à l’afflux inexorable, et sans doute pour des décennies, de réfugiés de toute sorte. S’adapter ou pas et si oui, comment ? C’est un véritable sujet politique qui doit être au cœur des débats nationaux bien sûr, mais locaux également ».

120 M€ d’investissements

Mais le débat du jour portait aussi sur les « Orientations budgétaires », et l’examen de son « rapport ». Ce « ROB » de la chambre départemental est marqué par un contexte financier contraint et un contexte institutionnel en profonde mutation. La baisse continue des dotations aux départements signifie une baisse continue des recettes : -45,2 M€ pour la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) ; -9,4 M€ pour la DGF (Dotation globale de fonctionnement). En revanche, la hausse des dépenses est continue, notamment pour les AIS (allocations individuelles de solidarité) : +5,3 M€, soit un reste à charge pour le Département de 67,9 M€ (559 M€ cumulés depuis 2005, suite aux transferts de compétences non compensées… par tous les gouvernements successifs). Des économies sont recherchées à tous les niveaux ; le rapprochement des centrales d’achat Approlys et Centr’achats doit permettre d’optimiser les achats. Des économies sont également attendues du côté de la masse salariale (-0,3 %).

Cela n’empêche pas le Département de maintenir l’investissement à hauteur de 120 M€, qui serviront notamment pour les routes et infrastructures (30 M€), l’Internet Très haut débit (THD) et l’entretient des collèges.

Le vote du budget du Département du Loiret aura lieu les 7 et 9 décembre prochains.

F.Sabourin.

 La sécurité et la réponse pénale : préoccupation des élus locaux

Le préfet Nacer Meddah n’a pas échappé aux questions des élus départementaux – dont beaucoup sont également maires de communes loirétaines – et notamment en matière de sécurité. En réponse à la question de Frédéric Néraud (Courtenay) qui déplore la petite délinquance contre les bâtiments communaux et la lenteur de la réponse du Fonds interministériel de prévention de la délinquance en matière de financement de caméras de vidéoprotection, le préfet reconnaît que malgré les 17 M€ consacrés à ce fonds en 2016 (-1M€ par rapport à 2015), « les enveloppes ne sont pas à la hauteur, et on aurait pu mieux anticiper. On ne peut pas dire la sécurité est notre priorité et voir en même temps que les budgets ne suivent pas ».
Pour Christophe Chaillou (Saint-Jean-de-la-Ruelle) : « souvent on nous demande : alors vos caméras, qu’est-ce que ça donne ? La vidéo, c’est un outil. Ce qui est important c’est la réponse (pénale, Ndlr). Les citoyens ne voient pas la réponse (pénale, Ndlr) efficace. S’il n’y a pas de réponse, ça crée un malaise et rompt le pacte républicain. Il y a même pire : une relation de provocation avec certains jeunes délinquants. Ça nous met en grande difficulté, la réponse de la justice est trop lente et pas assez dure ». Pour le préfet Nacer Meddah, « la police fait le même constat : ils interpellent, remettent aux mains de la justice, et ils retrouvent les délinquants en train de les narguer quelques jours plus tard. Ce sont des atteintes aux autorités, aux institutions, et les mineurs suivent comme si c’était une mode. Il y a urgence à apporter des réponses, et je le dis à chaque fois que nous avons une réunion au ministère ».

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Bonjour, je suis atterré à la lecture des propos de nos élus qui se plaignent des dégradations et autres faits de la petite délinquance et qui réclament en réaction plus de caméras et plus de réponses pénales fortes comme si remplir nos prisons allaient résoudre à la fois les incivilités et les problèmes sociaux de celles et ceux qui les commettent ! Je rappelle que le département, il y a deux ans a supprimé la prévention spécialisée (éducateur de rue) et que ce n’est pas la vidéo qui pourra remplacer leur travail d’accompagnement auprès des jeunes désoeuvré.es, si ce n’est pour les mener tout droit en prison !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail