Primaire: François Fillon va virer largement en tête au soir du 1er tour

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

Pour une fois les instituts de sondage ne s’étaient pas trompés qui avaient mesuré une forte poussée de François Fillon dans la dernière ligne droite de cette primaire. Une énorme surprise car l’ancien Premier ministre a fait un écart important avec ses concurrents. Quatre millions de suffrages sont attendus par la Haute autorité, ce qui signe le succès de cette consultation.Selon des résultats partiels publiés à 21h15. François Fillon apparaît nettement en tête (43,6%), devant Alain Juppé (26,7%) puis Nicolas Sarkozy (22,9%), après le dépouillement des 5 496 premiers bureaux de vote (sur 10 228).

Premier chcantier et pas le plus simple, compter la participation des votants, ici à Olivet avec le maire Mathieu Schlesinger, lieutenant d'Alain JUppé.

Premier chantier et pas le plus simple, compter la participation des votants, ici à Olivet avec le maire Mathieu Schlesinger, lieutenant d’Alain Juppé.

Cette tendance se confirme dans les premiers résultats des bureaux qui sont tombés en début de soirée notamment dans le Loiret. Pour la deuxième place, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy étaient au coude à coude dans certaines communes rurales. A Orléans, dans un bureau de vote (le 14), François Fillon réunit 124 suffrages, Alain Juppé 77 et Nicolas Sarkozy, 34. 

img_1606A Pithiviers dans le nord Loiret où le Front national fait plutôt de bons scores, François Fillon est largement en tête dans le bureau 9, et Alain Juppé et Nicolas Sarkozy sont dans un mouchoirs  à 42-41. Il ne s’agit bien sûr que de résultats partiels,mais en zone rurale à Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), François Fillon fait plus de 50% des voix. Une tendance qui devrait se confirmer au fil de la soirée. Au plan national, moins de deux heures après la fermeture des bureaux, une toute première estimation. François Fillon apparaît nettement en tête (42,8%), devant Alain Juppé (26,0%) puis Nicolas Sarkozy (24,4%), après le dépouillement des 2 912 premiers bureaux de vote, dimanche 20 novembre, au premier tour de la primaire à droite, selon les organisateurs.

Alain Juppé partait favori de cette primaire, mais il a visiblement perdu du terrain au fil des trois débats télévisés. Les résultats des grandes villes, Paris-Bordeaux-Marseille, devraient permettre à Alain Juppé de faire la différence contre Nicolas Sarkozy qui apparaît déjà comme le grand perdant de cette primaire. Ainsi, dans trois bureaux de la Barrière Saint-Marc à Orléans, François Fillon est largement en tête avec 124 voix, mais Alain Juppé distance Nicolas Sarkozy, 34 voix. 

A Montargis (Loiret) où le député-maire Jean-Pierre Door est un soutien de Nicolas Sarkozy, l’ancien Président de la République est largement distancé par son ancien Premier ministre François Fillon, avec 142 voix contre 220 et 88 pour le maire de Bordeaux.

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Ce premier tour était d’abord l’occasion pour nombre de participants d’éliminer Nicolas Sarkozi, trop clivant.
    Alain Juppé cumule trois handicaps : son âge, son passé judiciaire et le soutien affiché de François Bayrou. On se demande bien pourquoi les Centristes, qui n’avaient pas de candidat à cette primaire, se sont ralliés à Alain Juppé.
    Nicolas Sarkozy va pouvoir maintenant se consacrer à une de ses nouvelles passions, celle pour les juges, qui vont enfin pouvoir se déchaîner, peut-être même avant le premier tour de la présidentielle. S’il était condamné, ce serait incontestablement le plus gros scandale politique de la Vème République, son affaire Stavisky (IIIe République) ou celle des ballets roses (IVe République) et plus fort que les affaires de Broglie et Boulin.
    Les électeurs de gauche, satisfaits de voir Sarkozy éliminé, participeront-ils au deuxième tour de la primaire ? C’est le seul enjeu de celle-ci. Si Alain Juppé est battu, on verra s’il reste encore droit dans ses bottes, cette expression idiote qui lui a tant nui.
    Si Fillion est bien comme c’est prévisible, le vainqueur de la primaire, il lui faudra reprendre rapidement les rennes du parti Les Républicains et se débarasser des Vauquier, Estrosi, Ciotti et Copé, pour les candidatures aux législatives.
    Quant à son fidèle soutien, Serge Grouard, en toute modstie, je lui vois bien entamer une carrière de secrétaire d’Etat. Il pourra faire de nombreux déplacements à Orléans, comme celles et ceux du gouvernement socialistes-écolos actuel.

  2. Ce premier tour était d’abord l’occasion pour nombre de participants d’éliminer Nicolas Sarkozi, trop clivant.
    Alain Juppé cumule trois handicaps : son âge, son passé judiciaire et le soutien affiché de François Bayrou. On se demande bien pourquoi les Centristes, qui n’avaient pas de candidat à cette primaire, se sont ralliés à Alain Juppé.
    Nicolas Sarkozy va pouvoir maintenant se consacrer à une de ses nouvelles passions, celle pour les juges, qui vont enfin pouvoir se déchaîner, peut-être même avant le premier tour de la présidentielle. S’il était condamné, ce serait incontestablement le plus gros scandale politique de la Vème République, son affaire Stavisky (IIIe République) ou celle des ballets roses (IVe République) et plus fort que les affaires de Broglie et Boulin.
    Les électeurs de gauche, satisfaits de voir Sarkozy éliminé, participeront-ils au deuxième tour de la primaire ? C’est le seul enjeu de celle-ci. Si Alain Juppé est battu, on verra s’il reste encore droit dans ses bottes, cette expression idiote qui lui a tant nui.
    Si Fillion est bien comme c’est prévisible, le vainqueur de la primaire, il lui faudra reprendre rapidement les rennes du parti Les Républicains et se débarasser des Vauquier, Estrosi, Ciotti et Copé, pour les candidatures aux législatives.
    Quant à son fidèle soutien, Serge Grouard, en toute modestie, je lui vois bien entamer une carrière de secrétaire d’Etat. Il pourra faire de nombreux déplacements à Orléans, comme celles et ceux du gouvernement socialistes-écolos actuel.

  3. Je ne sais pas qui est l’auteur de cet article, mais quel aplomb : “Pour une fois les instituts de sondage ne s’étaient pas trompés qui avaient mesuré une forte poussée de François Fillon dans la dernière ligne droite de cette primaire.”
    Pour rappel, les derniers sondages de l’Ifop (17/11/2016) ne prévoyaient “qu’un seul point pour séparer Alain Juppé de Nicolas Sarkozy !” et attribuaient tout au plus “20-22 % des suffrages à l’ancien Premier ministre”. Ou quand le mensonge des politiciens est entretenu par de pseudo-journalistes complices …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail