Batia Baum: d’un père assassiné à une langue retrouvée

Le grand témoin du Cercil

img_2518Batia Baum, traductrice, professeur de langue et littérature Yiddish, nous parlera de son histoire d’enfant cachée. Fille d’un père résistant juif, fusillé en 1942, elle s’est mise en quête d’une langue, une culture et une littérature Yiddish à transmettre.

Son père Abraham Baum, jeune ouvrier tapissier né en 1910 à Chelm (Pologne), adhère très tôt aux idées des mouvements progressistes. Poursuivi pour son activisme, il s’exile en France en 1937 où il continue à militer au sein des organisations ouvrières juives. En 1940, il entre en résistance. 
 
Arrêté et emprisonné à la Caserne des Tourelles à Paris, il est interné au camp de Pithiviers à partir du 22 juillet 1941. Le 7 mars 1942, la gendarmerie allemande vient le chercher. Il est fusillé aux Groues à Saint-Jean-de-la-Ruelle le jour même.
 
Mardi 6 décembre 18 h
 
Espace Anna Marly 61, rue Charles Beauhaire  45140 – Saint-Jean-de-la-Ruelle
 





Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail