Ça eut payé…

C’est récurrent. Comme les moisons en juillet et les vendanges en septembre. Xavier Beulin est une nouvelle fois la cible des médias. Cette fois c’est Médiapart qui révèle que, par l’intermédiaire d’une SCI, il louerait des locaux à l’enseigne Carrefour. Pour le reste le train de vie du président de la FNSEA n’est plus un secret.

Xavier Beulin (FNSEA).

Xavier Beulin (FNSEA).

Comme tout bon céréalier qui se respecte, Xavier Beulin place son argent dans l’immobilier ainsi que le font de riches agriculteurs à Chartres, à Orléans, à Blois ou partout ailleurs. Président du CESER, (Conseil Économique, Social et Environnemental régional) de la région Centre-Val de Loire, président de AVRIL-SOFIPROTEOL, du port de la Rochelle, Xavier Beulin, n’a rien de l’image traditionnelle du syndicaliste qui déverse du fumier devant les préfectures.  C’est le moins que l’on puisse dire. Avec son langage « techno » et ses visions planétaires, Xavier Beulin, initiateur de l’Open Agrifood dirige bien une exploitation de plusieurs centaines d’hectares, à Donnery avec ses cousins, mais avec autant de casquettes, c’est surtout pour la photo qu’il est sur son tracteur.

La seule question qui se pose vraiment, c’est de savoir pourquoi les agriculteurs de la FNSEA qui sont nombreux à tirer le diable par la queue, surtout les éleveurs, se sont choisis pour les représenter un homme d’affaire, riche et qui mène grand train ?

Sans doute parce que la réussite en fait rêver plus d’un. De la même façon, se demande t-on pourquoi des Américains, pauvres pour certains, se sont choisis un milliardaire comme président, un certain Donald Trump ? Au moins Xavier Beulin lui, n’essaye pas de donner le change, comme le faisait un certain « Crésus » célèbre et génial sketch de Fernaud Raynaud sur le « pauvre paysan »… Ça eut payé…

C.T

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Et au risque de surprendre, c’est un gars qui malgré son train de vie reste simple et abordable.

    On peut réussir et avoir envie de faire réussir les autres.

  2. Il y a toujours eu des magnats de l’alimentaire. Que ceux-ci soient syndicalistes est beaucoup plus rare ou alors dans des syndicats patronaux. Mais beaucoup d’agriculteurs sont des “petits patrons” de leurs exploitations. Ceci explique peut-être qu’ils aient choisi celui qui a “le plus réussi” et veut bien leur consacrer beaucoup de son temps.
    C’est aussi pourquoi, ils ne se plaignent jamais les bonnes années, vivent plus ou moins à la campagne dans de belles maisons avec piscine et des hangars pleins de tracteurs et peuvent cultiver 300 hectares et plus, alors qu’avant une ferme de 50 hectares c’était bien. Pour les éleveurs, c’est pareil, de 50 têtes de bétail, ils sont passés à 150, puis 300 et les volaillers à des milliers. De dépendants de fournisseurs d’aliments, ils sont passés à producteurs intensifs. De laboureurs, ils sont passés à aménageurs du paysage.
    Bien sûr, je caricature un peu.
    Beaucoup d’exploitations disparaissent, comme les cafés. Les petits villages ruraux perdent leurs commerces et services, les enfants sont mis en pension. Certains criblés de dettes se suicident. D’autres enfin, en ont marre des pesticides et se convertissent au bio. Certains laissent même leurs volailles gambader au risque de les euthanisier à la première alerte. Quant aux gorets ou le lait, çà eut payé, parce qu’un autre millardaire ne veut pas donner 1 € 50 de plus au kilo de carcasse ou 10 centimes par litre.
    Ainsi va l’agriculture au gré des marchés mondiaux, des sanctions contre la Russie et des aléas climatiques et géopolitiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail