Courtenay (Loiret): Ibiden fait marche arrière sous la pression des constructeurs

Finalement la direction a fait machine arrière chez Ibiden à Courtenay (Loiret). En grève depuis cinq jours, les salariés de l’équipementier japonais qui fabrique des filtres à particules, ont obtenu gain de cause et repris le travail.

ibiden

Leur mouvement protestait contre le projet d’Ibiden de délocaliser une parti de la production en Hongrie ce qui correspondait à la suppression de 174 emplois sur 320 à Courtenay. Implantée en 2001 l’unité continuera de construire des filtres de cette génération jusqu’en 2020.

Ce qui laisse quatre ans à la direction d’Ibiden France et aux syndicats pour réfléchir à des nouvelles productions. François Bonneau, le président de région, était intervenu auprès du secrétaire d’Etat à l’industrie, Christophe Sirugue et il est probable que la pression des constructeurs automobile, en particulier PSA, inquiets de la rupture d’approvisionnement due au blocage des stocks, ont pesé lourd sur la décision de la direction. Non seulement les salariés ont obtenu le départ de deux dirigeants dont ils exigeaient le limogeage, mais la direction a accepté de leur payer les jours de grève.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail